Lejeunia, Revue de Botanique

0457-4184 2295-7243

 

since 05 February 2011 :
View(s): 26 (0 ULiège)
Download(s): 0 (0 ULiège)
print        
Damien ERTZ

LES LICHENS ET LES CHAMPIGNONS LICHÉNICOLES DES AFFLEUREMENTS ROCHEUX CALCAIRES DU BASSIN MOSAN BELGE (suite 2)
ÉTUDE FLORISTIQUE ET IMPORTANCE POUR LA CONSERVATION DU PATRIMOINE NATUREL

Article
Open Access

1Site 20 : Carrière de Pry

2Commune de Walcourt, Pry, rive droite de l’Eau d’Heure, 170 m alt. (Lambert X154 Y106.7 ; IFBL H4.36.44). Géologie : Dévonien Moyen, étage Givetien. N’est pas inclus dans un site Natura 2000.

3Cette petite carrière abandonnée est actuellement soumise à une re-colonisation forestière importante.

4On y distingue :

5- de gros blocs rocheux portant une flore banale comprenant Catillaria lenticularis, Verrucaria nigrescens, V. subfuscella, … ;

6- de petits éboulis colonisés par des lichens pionniers comme Rinodina bischoffii, Sarcogyne regularis, Staurothele hymenogonia, … ;

7- une pelouse calcaire en pente avec quelques plages terreuses où s’observent Collema coccophorum et Endocarpon pusillum.

8La découverte d’un petit peuplement du lichen Collema coccophorum, nouveau pour la Belgique, confère un intérêt particulier au site. Ce lichen fait partie de groupements pionniers nécessitant une gestion pour se maintenir. Un pâturage extensif accompagné éventuellement de décapages ponctuels serait probablement à conseiller dans ce cas.

9Site 21 : Roche à Lomme

10Commune de Viroinval, entre Nismes et Dourbes, réserve naturelle Ardenne & Gaume à hauteur de la confluence de l’Eau Blanche et de l’Eau Noire, ± 170-220 m alt. (Lambert X164,1 Y086,0 ; IFBL J5.41.21). Géologie : Dévonien Supérieur, étage Frasnien. Inclus dans le site Natura 2000 n°BE35030 – La Calestienne entre Frasnes et Doische.

11Affleurement rocheux entouré de groupements relevant du Xerobromion, de buxaies thermophiles et de groupements forestiers (Fig. 13).

12On y distingue notamment :

13- des rochers éclairés à Acarospora macrospora, Caloplaca chalybaea, C. inconnexa, C. polycarpa, Collema cristatum, Psora testacea, Verrucaria aspiciliicola et le très rare Collema polycarpon;

14- des parois abritées des précipitations à Buellia alboatra, Caloplaca xantholytaDirina stenhammarii, Lecanora crenulata, … ;

15- des parois soumises à des écoulements d’eau périodiques à Placynthium tremniacum ;

16- de petits éboulis éclairés à Staurothele hymenogonia ;

17- des pelouses sur rochers à Fulgensia fulgens, Bacidia bagliettoana, Cladonia foliacea, C. furcata, C. rangiformis, C. symphycarpa, Endocarpon pusillum, ... .

18La gestion biologique a déjà permis de dégager partiellement ces pelouses et devrait permettre un meilleur développement des groupements lichéniques thermophiles.

19Site 22 : Montagne-aux-Buis

20Commune de Viroinval, au nord de Nismes, sur la rive gauche de l’Eau Blanche, réserve naturelle Ardenne & Gaume, ± 170-210 m alt. (Lambert X163,8 Y086,3 ; IFBL J5.31.34). Géologie : Dévonien Supérieur, étage Frasnien. Inclus dans le site Natura 2000 n°BE35030 – La Calestienne entre Frasnes et Doische.

21Affleurements rocheux et pelouses thermophiles dans le haut du versant méridional de cette colline. La flore et la végétation phanérogamiques de ce site maintes fois parcouru par les naturalistes ont fait l’objet d’une description par Duvigneaud (1986).

22Au niveau cryptogamique, notons :

23- des rochers éclairés à Caloplaca chalybaea, C. inconnexa, C. polycarpa, Squamarina cartilaginea, Toninia tumidula, ... ;

24- des pelouses sur rochers à Bacidia bagliettoana, Fulgensia fulgens, Cladonia foliacea, C. rangiformis, Placidium pilosellum, … ;

25- des parois subverticales soumises à des écoulements d’eau périodiques à Anema decipiens.

26Des défrichements importants ont été réalisés récemment sur le versant exposé au sud. Ils devraient permettre l’extension des groupements lichéniques thermophiles.

27Site 23 : La Roche Trouée

28Commune de Viroinval, au sud-est de Nismes, réserve naturelle domaniale, 190-210 m alt. (Lambert X163,3 Y83,7 ; IFBL J5.41.32). Géologie : Dévonien Moyen, étage Couvinien. Inclus dans le site Natura 2000 n°BE35030 – La Calestienne entre Frasnes et Doische.

Image 1005F16800002C2300001F526F5F92A5A543E7AA.emfImage 10000201000001AB0000012FF695BE661A2BD263.png

29Fig. 12. – Le site des Fonds de Leffe à Dinant abrite de vastes groupements du Xerobromion (D. Ertz, 1999).

Image 1005E46C00002D2B00001E64CCEC298206C49E20.emfImage 10000201000001B5000001269C112702C4342659.png

30Fig. 13. – L'affleurement rocheux de la Roche à Lomme porte des pelouses du Xerobromion et des buxaies thermophiles (D. Ertz, 2002).

31Affleurements rocheux éclairés et pelouses calcaires. L’intérêt biologique de ces pelouses, ainsi que l’impact de différentes mesures de gestion sur la flore phanérogamique et la faune du site, a fait l’objet d’un travail détaillé (Delescaille et al. 1990).

32On y rencontre essentiellement :

33- des rochers éclairés avec Caloplaca chalybaea, Chromatochlamys muscorum, Collema cristatum, Protoblastenia incrustans, Rinodina dubyana, Squamarina cartilaginea, Verrucaria aspiciliicola,… et le très rare Collema polycarpon ;

34- de petites parois abritées des précipitations à Dirina stenhammarii avec parfois le champignon lichénicole Milospium graphideorum ;

35- des pelouses sur rochers à Cladonia foliacea, C. furcata, C. rangiformis, Fulgensia fulgens, … ;

36- de petits rochers ombragés à Acrocordia conoidea, Gyalecta jenensis, … .

37Site 24 : Tienne Chalaine

38Commune de Viroinval, au nord-ouest de Nismes, réserve naturelle domaniale, 170-180 m alt. (Lambert X161.7 Y85.7 ; IFBL J4.48.22). Géologie : Dévonien Supérieur, étage Frasnien. Inclus dans le site Natura 2000 n°BE35030 – La Calestienne entre Frasnes et Doische.

39Ce petit tienne est couvert par une pelouse calcaire où de petits rochers affleurent par endroits (Fig. 14). Son intérêt lichénique est important. Les petits rochers sont colonisés par Caloplaca flavovirescens, Thelidium incavatum, Toninia verrucarioides, … . Des groupements terricoles avec Cetraria aculeata, Cladonia portentosa, C. rangiformis, C. symphycarpa, Fulgensia fulgens, Peltigera rufescens, Toninia sedifolia s’observent également. Le plus remarquable est la découverte d’un petit peuplement de Peltigera canina au sommet du tienne. Ce macrolichen était considéré comme disparu du district mosan depuis 1964 (Diederich & Sérusiaux 2000).

40Site 25 : Tienne aux Boulis

41Commune de Viroinval, au nord-ouest de Nismes, réserve naturelle domaniale, 170-185 m alt. (Lambert X162.1 Y86.0 ; IFBL J5.41.11). Géologie : Dévonien Supérieur, étage Frasnien. Inclus dans le site Natura 2000 n°BE35030 – La Calestienne entre Frasnes et Doische.

42Ce petit tienne est couvert par une pelouse calcaire où de petits rochers affleurent par endroits. Son intérêt cryptogamique est important. Des groupements terricoles avec Cetraria aculeata, Cladonia foliacea, C. portentosa, C. rangiformis, C. symphycarpa, Fulgensia fulgens, Peltigera rufescens, Psora decipiens et Toninia sedifolia s’y observent. Notons aussi la présence d’Illosporium carneum, un champignon lichénicole très rare lié au genre Peltigera.

Image 1005CEAC00002C0800001EB340513CBFA95BB04B.emfImage 10000201000001AA00000129C4A0C50CB77A32AA.pngFig. 14. – Le tienne Chalaine, entouré de champs et de prés exploités de manière intensive, est un site de petite taille recouvert par une pelouse calcaire et quelques fourrés d'épineux (D. Ertz, 2002).

43Site 26 : Tienne Breumont

44Commune de Viroinval, Nismes, réserve naturelle domaniale, 180-215 m alt. (Lambert X162.4 Y85.1 ; IFBL J5.41.11/13). Géologie : Dévonien Supérieur, étage Frasnien. Inclus dans le site Natura 2000 n°BE35030 – La Calestienne entre Frasnes et Doische.

45Ce grand tienne est occupé principalement par une pelouse calcaire où affleurent de petits rochers. Une description détaillée de la flore et de la végétation phanérogamiques et des recommandations de gestion du site ont été fournies par Blondeau (1980) et par Duvigneaud (1981). Il est actuellement géré par pâturage ovin sur la presque totalité de sa surface. S’il est peut-être trop tôt pour évaluer l’impact de cette gestion, remarquons cependant que la pression du pâturage un peu trop forte par endroits y élimine la flore lichénique. Par contre, des lichens terricoles et thermophiles comme le très rare Placidiopsis cartilaginea ont été observés dans les endroits soumis à un pâturage plus léger.

46Site 27 : Gros Tienne du Bi

47Commune de Couvin, au nord de Dailly, 220-240 m alt.  (Lam-bert X155.4 Y83.0 ; IFBL J4.47.32). Géologie : Dévonien Supérieur, étage Frasnien. Inclus dans le site Natura 2000 n°BE35027 – Vallée de l’Eau Blanche entre Aublain et Mariembourg.

48Crête rocheuse entièrement boisée située au sommet d’un tienne calcaire. La végétation lichénique des rochers ombragés comprend Acrocordia conoidea, Caloplaca chrysodeta, Collema auriforme, Gyalecta jenensis, .... . Sur un rocher en lisière, notons le rare Caloplaca granulosa.

49Le très rare Megaspora verrucosa, récolté ici en 1968 par J. Lambinon et revu en 1980 par E. Sérusiaux, n’a pu être retrouvé. Cette espèce a vraisemblablement disparu du site suite à son reboisement spontané qui a fait disparaître les pelouses et rochers thermophiles.

50Le tienne présente un très grand intérêt bryologique (Duvivier et al. 1984). Notons notamment Plagiopus oederianus, une mousse saxicole rare, revue au cours de la présente étude.

51La crête rocheuse et ses abords (chênaie à Scilla bifolia avec Blackstonia perfoliata dans les clairières,…) mériteraient un classement en réserve naturelle. Des coupes forestières importantes devraient y être effectuées de manière à rouvrir le milieu et permettre l’éclairement d’une partie significative des rochers, avec réinstallation de pelouses thermophiles. Ces dernières seront complémentaires à celles existant déjà dans la réserve naturelle RNOB toute proche, située sur schistes calcarifères à la base du tienne.

52Site 28 : Roche à Serin

53Commune de Rochefort, Han-sur-Lesse, réserve naturelle domaniale, 250 m alt. (Lambert X209.8 Y92.0 ; IFBL J6.24.42). Inclus dans le site Natura 2000 n°BE35038 – Bassin de la Lesse entre Villers-sur-Lesse et Chanly.

54Le site correspond aux localités 3 et 4 des inventaires de van den Boom et al. (1998). Des espèces rares supplémentaires, Caloplaca granulosa, Milospium graphideorum et Placolecis opaca, y ont été observées lors de la présente étude. L’intérêt lichénique du site est exceptionnel. Il s’agit de la seule localité belge des lichens Bacidia herbarum et Caloplaca alociza. Le piétinement excessif des pelouses calcaires sommitales par les touristes détériore la qualité biologique du site. Des mesures devraient donc être prises pour canaliser les visiteurs.

55Site 29 : Rocher Maupas

56Commune de Rochefort, Wavreille, réserve naturelle domaniale sur la rive droite de la Lesse, 200-280 m alt. (Lambert X210.0 Y89.1 ; IFBL J6.34.24). Inclus dans le site Natura 2000 n°BE35038 – Bassin de la Lesse entre Villers-sur-Lesse et Chanly.

57Le site correspond aux localités 15 et 16 des inventaires de van den Boom et al. (1998). Son intérêt lichénique est exceptionnel. Il s’agit de la seule localité belge des lichens Toninia philippea et Phaeophyscia cernohorskyi.

58VI. COMMENTAIRES SUR DES ESPÈCES INTÉRESSANTES

59Dans quelques cas, des échantillons récoltés en Belgique en dehors des sites analysés ci-avant sont également cités, par souci de mise à jour de la distribution des espèces traitées.

60Agonimia opuntiella (Buschardt & Poelt) Vĕzda

61Belgique, Mosan : Site 6, mousses sur rochers dans une pelouse calcaire, 2.2002, D. Ertz 483 (LG). Durbuy, entre Grande Éneille et Petite Éneille, rive gauche de l’Ourthe, mousses dans une pelouse schisteuse, 3.2001, D. Ertz s.n. (LG). Site 13, mousses dans une pelouse calcaire au sommet d’un grand affleurement rocheux, 2.2002, D. Ertz 585 (LG). Site 14, mousses sur rochers dans une pelouse calcaire, 3.2002, D. Ertz 697 (LG). Site 15, mousses sur rochers calcaires éclairés, au sommet de l’affleurement, 3.2002, D. Ertz 785 (LG). Site 17, mousses dans une pelouse sur rocher calcaire, 2.2002, D. Ertz 616 (LG). Site 18, mousses dans une pelouse calcaire au sommet de l’affleurement rocheux, 09.2002, D. Ertz 2613 (LG).

62Ce lichen muscicole n’était connu en Belgique que de la région de Han-sur-Lesse (van den Boom et al. 1998). Il a été trouvé depuis dans sept localités supplémentaires, dans les vallées de la Meuse (Haute-Meuse), de la Molignée et de l’Ourthe (Fig. 16). Il affectionne les pelouses xériques sur roche calcaire compacte et sur schiste calcarifère.

63Caloplaca erythrocarpa (Pers.) Zwackh

64Belgique, Mosan : Site 3, rocher calcaire éclairé au sommet d’un grand affleurement à quelques mètres des ruines du Château d’Amblève, 10.2001, D. Ertz 323 (LG).

65Cette espèce calcicole thermophile méditerranéenne-atlantique est devenue très rare dans notre pays. Elle a disparu depuis longtemps du district brabançon et n’a plus été signalée que du district mosan (Malaise 1983, Diederich & Sérusiaux 2000).

66Caloplaca marmorata (Bagl.) Jatta

67Belgique, Mosan : Site 6, rocher calcaire ensoleillé, 02.2002, D. Ertz 503 (LG). Site 11, rocher calcaire ensoleillé, 03.2002, D. Ertz 788 (LG). Site 13, rocher calcaire dans un Xerobromion, 11.1999, D. Ertz 268 et 268bis (LG), 12.2001, D. Ertz 407 et 407bis (LG). Site 17, petit bloc calcaire sur le sol dans un Xerobrometum à Artemisia alba, 06.1965, J. Lambinon 65/B/410 (LG). Site 24, petit rocher dans une pelouse calcaire, 05.2002, D. Ertz 1050 (LG).

68Ce lichen crustacé, du groupe de Caloplaca lactea, n’était connu que d’une seule récolte, faite en 1965 par J. Lambinon sur le site des Fonds de Leffe (Navarro-Rosinés & Hladun 1996). L’espèce est pionnière et semble favorisée par les mesures de gestion destinées à étendre les pelouses thermophiles et à exposer les rochers au soleil. Elle fut ainsi observée en grande quantité sur une crête rocheuse qui avait été dégagée suite à un défrichement effectué deux ans auparavant.

69Capronia peltigerae (Fuckel) D. Hawksw.

70Belgique, Mosan : Site 4, crête rocheuse éclairée, sur Peltigera rufescens, 12.2001, D. Ertz s.n. (LG).

71Ce champignon lichénicole n’était connu que d’une seule localité en Belgique : la Roche à Serin (van den Boom et al. 1998). Il passe aisément inaperçu et se repère le plus souvent lors de l’examen sous la loupe binoculaire de thalles de Peltigera récoltés au hasard.

72Chromatochlamys muscorum (Fr.) H. Mayrhofer & Poelt var. muscorum

73Belgique, Mosan : Bomal, 300 m au nord du centre de Bomal, 700 m au SE du hameau de Herbet (IFBL G7.52.32), grand affleurement rocheux, sur Tortella tortuosa sur rocher calcaire de crête, 12.2002, D. Ertz s.n. (BR). Site 11, sur mousses saxicoles dans une pelouse calcaire, 3.2002, D. Ertz 790 (LG). Site 13, sur mousses saxicoles dans une pelouse calcaire envahie de Buxus au sommet d’un grand affleurement, 2.2002, D. Ertz 586 (LG). Site 14, sur mousses saxicoles dans une pelouse calcaire, 3.2002, D. Ertz 708 (LG). Site 16, sur mousses saxicoles dans une pelouse calcaire, 8.1998, D. Ertz & E. Sérusiaux s.n. (LG). Site 23, sur mousses saxicoles dans une pelouse calcaire, 3.2002, D. Ertz 678 (LG). Site 24, sur mousses saxicoles dans une pelouse calcaire d’un tienne, 5.2002, D. Ertz 1059 (LG). Site 25, sur mousses saxicoles dans une pelouse calcaire d’un tienne, 5.2002, D. Ertz 1069 (LG). Site 26, sur mousses saxicoles dans une pelouse calcaire d’un tienne, 5.2002, D. Ertz 1081 (LG).

74Ce lichen muscicole n’était signalé en Belgique que de deux localités : Bouvignes près de Dinant en 1925 et Wavreille près de Rochefort en 1997 (van den Boom et al. 1998). Il passe aisément inaperçu à cause de son thalle fin, membraneux avec des périthèces enfoncés. Il a été observé dans huit nouvelles localités, dans les vallées de l’Ourthe, du Viroin (Nismes), de la Meuse (Haute-Meuse), de la Molignée et du Hoyoux ; il a été retrouvé à Bouvignes (Fig. 17). Cette espèce n’est connue jusqu’à présent que de sites de grand intérêt biologique et mérite donc une attention particulière. Elle a toujours été observée sur les mousses acrocarpes ou pleurocarpes des rochers (p. ex. Homalothecium, Hypnum, Grimmia, Tortella,…) situés dans des pelouses xériques, le plus souvent à proximité immédiate de petits buissons. Wirth (1995) la signale dans des habitats différents pour la région du Bade-Wurtemberg. Le lichen s’y rencontre dans les régions montagneuses et de haute montagne, surtout sur des mousses pleurocarpes principalement corticoles (avant tout Pterigynandrum, Leucodon, Antitrichia), à la base de vieux troncs de feuillus (surtout Fagus, Acer pseudoplatanus) dans des forêts claires de l’Aceri-Fagetum, dans les vieux peuplements de hêtre, ainsi que sur des arbres isolés lorsque les conditions hydriques sont favorables. Mayrhofer (1987) précise qu’elle colonise aussi les falaises moussues, calcaires ou non. Ce lichen, rare ou peut-être méconnu en Europe, existe donc dans des habitats très différents, mais apparaît toujours sur des mousses, un substrat maintenant longtemps l’humidité, dans des milieux moyennement éclairés.

75Collema coccophorum Tuck.

76Belgique, Mosan : Site 20, plage terreuse d’une pelouse calcaire en pente dans une carrière, 8.2002, D. Ertz 2576 & J.P. Duvivier (LG).

77Un petit peuplement de ce lichen terricole pionnier a été trouvé dans une pelouse calcaire dans la carrière abandonnée de Pry à Walcourt. Il poussait en compagnie d’Endocarpon pusillum. Collema coccophorum est la seule espèce terricole de ce genre à posséder des spores bicellulaires. Cette espèce est nouvelle pour la Belgique. Dans les régions limitrophes, elle est connue de Meurthe-et-Moselle en France et du Bade-Wurtemberg et de Hesse en Allemagne (Degelius 1954).

78Lecanora agardhiana Ach.

79Belgique, Mosan : Site 13, rocher calcaire éclairé au sommet d’un grand affleurement, 12.2001, D. Ertz 418 (LG).

80Ce lichen crustacé très rare est abondant sur les rochers éclairés de Champalle. Il a aussi été signalé au début du siècle dernier des Fonds de Leffe (Bouly de Lesdain 1910) et récolté en 1989 sur le site de Poilvache tout proche (Sérusiaux et al. 1999).

81Lempholemma chalazanum (Ach.) B. de Lesd.

82Belgique, Brab. : Meise, Domaine de Bouchout, bord de chemin éclairé dans un parc, 09.2002, D. Ertz s.n. (BR) ; Mosan : Site 17, terre sur rocher calcaire dans un Xerobromion, 11.2002, D. Ertz 2766, D. van den Broeck & J.P. Duvivier (BR).

83La présence en Belgique de ce cyanolichen est confirmée. Il avait été signalé en Belgique de Leffe et du Fond des Rivaux à Houx (De Wildeman 1898), ainsi que du Hohnbach à La Calamine et du Thier de Lanaye à Visé (Aptroot 1988). Aucun spécimen d’herbier n’avait cependant été retrouvé (Diederich & Sérusiaux 2000). Il a été récolté en 2002 dans deux localités, dont une dans le district brabançon. Cette espèce trouvée à la fois dans un milieu naturel (Xerobromion) et dans un milieu rudéralisé (bord de chemin) est vraisemblablement beaucoup plus répandue mais passe aisément inaperçue. Les thalles, membraneux par temps sec, se repèrent beaucoup plus facilement lorsqu’ils sont gonflés par temps humide.

84Megaspora verrucosa (Ach.) Hafellner & V. Wirth

85Belgique, Mosan : Site 27, pied sud-est du “ Gros-Tienne-du-By ” (au NE du village), petite crête calcaire au N du lieu-dit Les Haies de Frasnes, petits replats terreux du Xerobrometum de crête, 6.1968, J. Lambinon 68/B/541 (LG) ; Mesobrometum au sommet du Tienne, au sol, 6.1980, E. Sérusiaux 2116 (LG). Nismes, Xerobrometum à l’entrée du village en venant de Frasnes, 7.1968, P. Auquier s.n. (LG).

86Ce lichen muscicole est lié aux pelouses calcaires. Il avait été récolté sur le Gros tienne du Bi en 1968 par J. Lambinon (échantillon de 60 cm2) et revu en 1980 par E. Sérusiaux, mais n’a pu être retrouvé depuis. Le premier auteur l’avait noté dans les « petits replats terreux du Xerobrometum de crête » et le second dans un « Mesobrometum au sommet du Tienne ». Cette espèce a vraisemblablement disparu du site suite à son reboisement qui a fait disparaître les pelouses et rochers éclairés de crête. L’espèce avait également été récoltée en 1968 dans un Xerobrometum à l’entrée du village de Nismes en venant de Frasnes (leg. P. Auquier) (échantillon de 1,5 cm2) (Fig. 18). Ce lichen ne semble plus avoir été revu depuis et pourrait avoir disparu de Belgique. En Europe, l’espèce est plus fréquente à haute altitude et dans les régions arctiques. Sa disparition de Belgique est donc peut-être aussi à mettre partiellement en relation avec le réchauffement climatique.

87Peltigera canina (L.) Willd.

88Belgique, Mosan : Site 24, pelouse calcaire au sommet d’un tienne, 5.2002, D. Ertz 1062 (LG).

89Ce macrolichen n’avait plus été signalé du district mosan depuis 1964, territoire où il était autrefois rare (Diederich & Sérusiaux 2000). Un petit peuplement a été trouvé dans une pelouse calcaire au sommet du tienne Chalaine à Nismes. Cette espèce est connue pour coloniser les rochers et les sols moussus ou riches en humus, habituellement légèrement basiques, toujours très pauvres en nitrates, dans des habitats dégagés mais parfois sous couvert forestier (Goffinet et al. 1995).

90Placidiopsis cartilaginea (Nyl.) Vain.

91Belgique, Mosan : Site 26, petite pelouse sur rocher calcaire au ras du sol, vers le sommet d’un grand tienne, 5.2002, D. Ertz 1078 (BR).

92Ce lichen squamuleux a été très rarement signalé en Belgique : Waulsort, 7.1897, G. Lochenies (Breuss 1996) et Furfooz, 8.1988, A.M. Brand (Sérusiaux et al. 1999). Il s’agit donc de sa troisième localité belge.

93Placocarpus schaereri (Fr.) Breuss

94Belgique, Mosan : Site 14, rochers calcaires à exposition sud, 6.1962, J. Lambinon 62/B/719 (LG).

95Ce lichen est présent actuellement sur une petite dizaine de blocs rocheux de crête dans la pelouse calcaire de la réserve naturelle domaniale de Ranzinelle à Sosoye (revu en 9.2000) (Fig. 9). Il s’agit de la seule localité belge de cette espèce découverte en 1962 par J. Lambinon.

96Placolecis opaca (Fr.) Hafellner

97Belgique, Mosan : Site 13, crête rocheuse dans une pelouse calcaire, exposition au sud, 11.1999, D. Ertz 303 (LG). Site 14, rocher éclairé dans une pelouse calcaire, 4.2000, D. Ertz 235 (LG). Site 15, rocher calcaire éclairé au sommet de l’affleurement, 3.2002, D. Ertz 784 (LG). Site 17, rocher calcaire éclairé dans un Xerobromion, 1999, D. Ertz 109 (LG). Site 28, rocher calcaire éclairé dans un Xerobromion, 12.2001, D. Ertz s.n. (LG).

98Ce lichen rare en Belgique a été trouvé durant la présente étude dans cinq localités, dans les vallées de la Meuse, de la Molignée et de la Lesse (Fig. 19). Il n’était connu que de trois localités anciennes près de Dinant (Schneider 1979), auxquelles s’ajoutent deux trouvailles récentes de A.M. Brand, l’une à Yvoir et l’autre à Bomal (Sérusiaux et al. 1999). Les thalles de cette espèce semblent toujours se développer sur les rochers ensoleillés à partir de petites fissures ou de petites cavités.

99Polyblastia cupularis A. Massal.

100Belgique, Mosan : Site 7, rocher calcaire éclairé dans une pelouse calcaire, exposition sud, 2.2002, D. Ertz 606 (LG).

101Le spécimen récolté possède des périthèces de petite taille (0,25-0,33 mm de diamètre), ce qui le rapporte à P. cupularis var. microcarpa (Arnold) Lett., variété distinguée par certains auteurs (p. ex. Clauzade & Roux 1985). L’espèce n’a été signalée jusqu’à présent que de deux localités belges : Anseremme, Moniat (Bouly de Lesdain 1910) ; La Calamine, vallée du Hohnbach (Aptroot 1988). Elle est très rare, mais peut-être méconnue car passant aisément inaperçue.

102Squamarina gypsacea (Sm.) Poelt

103Belgique, Mosan : Site 17, pelouse calcaire xérique, sur le rocher (crevasses), face à l’ancien moulin de Capele, 7.1982, E. Sérusiaux & P. Malaise 2893 (LG).

104Cette espèce n’était connue en Belgique que des Fonds de Leffe où elle fut récoltée en 1982. Malgré une recherche approfondie à l’endroit même où il fut collecté, ce lichen n’a pas pu être retrouvé. Il a également été récolté près de Givet en France en 1967, sur l’escarpement calcaire situé sous le fort de Charlemont (J. Lambinon 67/F/368, LG). Les deux spécimens d’herbier cités sont stériles et très réduits par rapport à ceux provenant des régions montagneuses françaises. Cette espèce submontagnarde-montagnarde est très rare à basse altitude et ne trouve probablement pas les conditions optimales pour son développement dans nos régions.

105Squamarina lentigera (Weber) Poelt

106Belgique, Mosan : Merlemont, ligne de chemin de fer désaffectée longeant la carrière du tienne de Merlemont, IFBL J5.12.32, 230 m alt., talus occupé par une pelouse calcaire xérique avec Fulgensia fulgens, 11.2002, D. Ertz 2729 (BR).

107Un petit peuplement de ce macrolichen, limité à quatre thalles seulement, a été trouvé récemment à Merlemont (Fig. 15). Ce lichen n’a pas été observé sur les sites repris dans la présente étude et n’avait plus été signalé de Belgique depuis plusieurs décennies. Il est vraisemblablement au bord de l’extinction dans notre pays.

Image 1005AC8C00002BD300001E2FC154B8F9AC7D5D6E.emfImage 10000201000001A800000124C0D805DB97A1F766.png

108Fig. 15. – Squamarina lentigera n'a plus été observé récemment en Belgique qu'à Merlemont (D. Ertz, 2002).

109Staurothele hymenogonia (Nyl.) Th. Fr.

110Belgique, Mosan : Site 4, rocher au ras du sol dans une pelouse calcaire, 12.2001, D. Ertz s.n. (LG). Site 13, rocher calcaire au ras du sol dans un Xerobromion, 2.2002, D. Ertz s.n. (LG). Site 14, petit caillou dans une pelouse calcaire, 3.2002, D. Ertz 704 (LG). Site 17, petit caillou dans une pelouse calcaire, 2.2002, D. Ertz 617 (LG). Site 20, petits cailloux dans une pelouse calcaire, 8.2002, D. Ertz 2572 & J.P. Duvivier (LG). Site 21, petits cailloux dans un Xerobromion, 2.2002, D. Ertz 456 (LG). Site 24, petit caillou dans une pelouse calcaire du tienne, 5.2002, D. Ertz 1052 (LG).

111Ce lichen crustacé n’était connu que d’une seule localité dans le district mosan, à Han-sur-Lesse (Sérusiaux et al. 1999). Il a été trouvé depuis dans huit autres localités, toujours sur des petits cailloux dans les pelouses thermophiles et les petits éboulis (Fig. 20). Il passe facilement inaperçu du fait de son thalle indistinct et ne se repère que par la présence de ses petits périthèces foncés et saillants. C’est une meilleure connaissance de son écologie et une recherche ciblée qui ont permis de le trouver dans ces sites. Il est vraisemblablement plus répandu que ne le suggèrent les données actuelles.

112Strigula calcarea Bricaud & Cl. Roux

113Belgique, Mosan : Site 12, base d’une grande falaise calcaire en sous-bois, exposition nord, 4.2002, D. Ertz 1002 (LG). 2 km au NE de Profondeville, Roche de Tailfer, paroi verticale ombragée exposée au NW, 9.1989, A.M. Brand 21974 (LG). 6,5 km NE de Marche, grotte de Magni, paroi calcaire verticale ombragée exposée à l’ouest, 4.1990, A.M. Brand 23203 (LG). Site 13, base ombragée et fraîche d’une grande paroi calcaire, exposition nord, 2.2002, D. Ertz 582 (LG). Anseremme, Rochers de Moniat, paroi calcaire ombragée, 4.1999, D. Ertz 157 (LG). Site 18, paroi calcaire ombragée, 8.1998, D. Ertz & E. Sérusiaux s.n. (LG). Site 19, base d’une grande paroi calcaire en sous-bois, 4.1999, D. Ertz 225 (LG). Dourbes, ruine du château sur la rive gauche du Viroin, en aval du village, 5.1999, E. Sérusiaux s.n. (LG).

114Ce pyrénolichen a été décrit récemment et n’était connu jusqu’il y a peu que de France (Provence et Languedoc) et des îles Baléares (Minorque) (Bricaud & Roux 1991 ; Roux & Bricaud 1993). Dans la dition, il se rencontre à la base de grandes parois de calcaire compact, ombragées en sous-bois, en particulier dans les érablières de ravin, et présentant de ce fait de faibles variations thermiques et hygrométriques tout au long de l’année (Fig. 21). Ce lichen est probablement méconnu et sera vraisemblablement découvert à l’avenir dans d’autres localités.

115Thelidium incavatum Mudd

116Belgique, Mosan : Site 14, rocher calcaire, 3.2002, D. Ertz 755 (LG). Site 24, sur un petit rocher dans une pelouse calcaire du tienne, 5.2002, D. Ertz 1055 (BR).

117Ce lichen endolithique n’était connu que d’une seule localité belge, près de Virton, dans le district lorrain (Sérusiaux et al. 1999). Il est nouveau pour le district mosan et pourrait être plus répandu puisqu’il passe aisément inaperçu.

118Verrucaria aspiciliicola R. Sant.

119Belgique, Mosan : Site 13, rocher calcaire ensoleillé, 11.1999, D. Ertz 300 (LG) ; rocher calcaire ornithocoprophile, 12.2001, D. Ertz 414 (LG). Site 14, rocher calcaire compact dans une pelouse calcaire, 03.2002, D. Ertz 715 (LG). Site 15, paroi éclairée, 11.1999, D. Ertz s.n. (LG). Site 16, rocher éclairé, 1999, D. Ertz 47 (LG). Site 17, rocher éclairé, 1999, D. Ertz 95 (LG). Site 21, rocher ensoleillé sur la crête, 02.2002, D. Ertz 445 (LG). Site 23, rocher au sommet de l’affleurement, 03.2002, D. Ertz 680 (LG).

120Ce lichen avait été découvert récemment en Belgique sur les sites 16 et 17 (Ertz 1999). C’est un parasite obligatoire sur Aspicilia calcarea (Zehetleitner 1978), sur lequel il a parfois été observé en compagnie de Verrucaria fuscula. Il a été découvert dans cinq localités supplémentaires, en Haute-Meuse et dans la vallée du Viroin (Fig. 22).

121Verrucaria dufourii DC.

122Belgique, Mosan : Site 7, sur rocher dans une pelouse calcaire, exposition sud, 2.2002, D. Ertz 507 (LG). Site 11, rocher calcaire éclairé dans une pelouse calcaire, 3.2002, D. Ertz 801 (LG). Site 13, sur rocher dans une pelouse calcaire, exposition sud, 12.2001, D. Ertz 405 (LG). Site 14, sur rocher dans une pelouse calcaire, exposition sud, 3.2002, D. Ertz 707, 737 et 754 (LG). Site 17, grande crevasse dans une paroi calcaire éclairée, exposition sud, 5.1999, D. Ertz s.n. (LG). Site 26, sur un petit rocher dans une pelouse calcaire, 5.2002, D. Ertz 1074 (LG).

123Ce lichen crustacé n’était connu que d’une seule localité dans le district mosan. Il y était vraisemblablement méconnu puisqu’il a été récolté dans six localités durant cette étude.

To cite this article

Damien ERTZ, «LES LICHENS ET LES CHAMPIGNONS LICHÉNICOLES DES AFFLEUREMENTS ROCHEUX CALCAIRES DU BASSIN MOSAN BELGE (suite 2)», Lejeunia, Revue de Botanique [En ligne], N° 172 (juin 2003), URL : https://popups.uliege.be:443/0457-4184/index.php?id=1680.

About: Damien ERTZ

Université de Liège, Institut de Botanique, B22, Sart Tilman, B-4000 Liège, Belgique. Adresse actuelle : Jardin botanique national de Belgique, Domaine de Bouchout, B-1860 Meise, Belgique; Etude financée par la Région wallonne, Direction Générale des Ressources Naturelles et de l'Environnement, Service de la Conservation de la Nature, Convention C81.