depuis le 05 février 2011 :
Visualisation(s): 764 (5 ULiège)
Téléchargement(s): 491 (3 ULiège)
print        
Grégori Jean

« Le mondain, le transcendantal, l’absolu — et le reste » Essai sur la « clôture du transcendantal » dans la Sixième Méditation cartésienne de Fink

Article
Open Access

Document(s) associé(s)

Annexes

Résumé

Le but de cette étude est de relire la Sixième méditation cartésienne de Fink comme une double tentative de radicalisation de la scission entre le transcendantal phénoménologique et ses différentes figures d'extériorité (le mondain, le spectateur phénoménologisant, l'ordre de la "non-donnée" réductive), et de réintégration de ces figures dans une transcendantalité élargie jusqu'à devenir absolue. Après avoir détaillé les modalités et les enjeux critiques (notamment à l'égard de Heidegger) de ce double mouvement, l'auteur tente d'évaluer la pertinence d'une telle "clôture" du transcendantal, et interroge notamment sa capacité à réintégrer la "mondanéité" qui, tout en devenant chez Fink le "lieu" même où elle s'opère, n'en constitue pas moins, dans une certaine mesure, un "reste" inassimilable par l'absolu phénoménologique.

Abstract

The present study aims to propose a re-reading of Fink's Sixth Cartesian Meditation as being an attempt not only to radicalize the scission between the transcendental and its various figures of exteriority (the mundane, the phenomenologizing spectator, the order of reductive "non-data"), but also to reintroduce these figures in a transcendentality which is enlarged to the point of being absolute. After discussing the critical stakes (especially as to Heidegger) of this double movement, and giving some details on how it takes place, the author tries to evaluate the relevance of such an "enclosure" of the transcendental. He especially wonders if it can reintroduce "mundanity", which in Fink certainly becomes the very "place" where the enclosure is performed, but also represents, to some extent, a "rest" unassimilable by the phenomenological absolute.


1Sommaire

2Introduction 3

3I. Les extériorités au transcendantal 8

4     A/ Qu’est-ce qu’une « théorie transcendantale de la méthode » en phénoménologie ? 8

5     B/ Le transcendantal et ses « extérieurs » 11

6     C/ La radicalisation de l’extériorité au transcendantal 14

7          1/ Radicalisation de l’opposition mondain/transcendantal 14

8          2/ Radicalisation de l’opposition entre « moi phénoménologisant » et subjectivité transcendantale constituante 23

9          3/ Radicalisation de l’opposition entre donnée et non-donnée dans la réduction 35

10II. L’intériorisation par le transcendantal de ses extériorités 37

11     A/ La réintériorisation du mondain au transcendantal constituant 38

12     B/ La réintériorisation du spectateur à la subjectivité constituante élargie 42

13     C/ L’absolu phénoménologique comme clôture du champ transcendantal 54

14III. La clôture du transcendantal phénoménologique et le problème de la quotidienneté 60

15     A/ Le problème de l’intersubjectivité transcendantale du point de vue de la théorie transcendantale de la méthode 60

16     B/ L’absolu phénoménologique et le reste 65

Pour citer cet article

Grégori Jean, «« Le mondain, le transcendantal, l’absolu — et le reste » Essai sur la « clôture du transcendantal » dans la Sixième Méditation cartésienne de Fink», Bulletin d'Analyse Phénoménologique [En ligne], Volume 1 (2005), Numéro 3, URL : https://popups.uliege.be:443/1782-2041/index.php?id=130.

A propos de : Grégori Jean

Université de Nice Sophia Antipolis

Appels à contribution

Appel à contributions permanent

Plus d'info