1er congrès de la Chaire Internationale Mukwege

Comment donner un avenir aux femmes et aux enfants victimes de violences sexuelles dans les conflits ?

 

depuis le 05 novembre 2019 :
Visualisation(s): 14 (0 ULiège)
Téléchargement(s): 0 (0 ULiège)
print        
N. Grynchyshyn`

Victimes des guerres : le traumatisme et l'efficacité de l'hypnose conventionnelle

Article
Open Access

Résumé

Je voudrais présenter brièvement ici mes15 années d’expérience de travail avec le public migrant.

Au départ durant quelques années, j’ai d’abord travaillé en qualité d’interprète puis progressivement je me suis formée comme psychothérapeute.

Dans mes recherches pour trouver une méthode et des outils plus adéquats (plus doux) pour accompagner et aider les personnes souffrant de la migration et des multiples traumas qui en découlent, j’ai découvert et appliqué l’approche en hypnothérapie PTR (Psychothérapie du Trauma Réassociative).

Après des années d’observation, j’avais constaté que les thérapies dites classiques, -thérapie qui utilisent essentiellement la parole-, ne sont pas adaptées, elles ne sont pas efficaces en raison des grandes souffrances qu’elles engendrent.

Faire parler des traumas endurés réveille et fait revivre le traumatisme vécu par la personne. C’est la reviviscence, la victimisation secondaire dans presque tous les cas.

Dans mon expérience c’est la PTR qui s’est montrée la thérapie la plus adaptée aux personnes souffrants de multi-traumatismes : victimes de guerre, de tortures, séquestrations, deuils, séparations, viols, excisions, souffrances liées au danger du trajet pour migrer vers l’Europe, chocs culturels….

De manière générale les personnes se retrouvent dans des états de « dissociation ». Elles ressentent souvent une sensation de ne plus rien ressentir, comparable à une anesthésie émotionnelle, physique et de bien d’autres phénomènes hypnotiques qu’il faut les aider à réassocier.

La souplesse de l’Hypnose Conversationnelle Stratégique PTR comme base de la thérapie pour travailler avec ce public, nous permet de prendre en compte leur culture, en respectant leur personnalité, leurs croyances et en travaillant à leur rythme. J’ai développé une méthode de travail qui est plus efficace parce qu’elle est adéquate et adaptée à chaque individu.

En utilisant avec la personne, son inconscient, c-à-d ses Protections Hypnotiques Dissociatives (IMHEB) qui sont d’habitude vues comme un problème (dissociation, distortions du temps, anesthésies, déréalisations, stupeur ainsi que les maladies et symptômes physiques d’origines émotionnelles - la psychosomatique- on arrive à désensibiliser le traumatisme en douceur, à le diminuer voire effacer complètement les symptômes qui en découlent.

Les résultats sont rapides, durables et très peu couteux émotionnellement ainsi que pour la société.

Pour citer cet article

N. Grynchyshyn`, «Victimes des guerres : le traumatisme et l'efficacité de l'hypnose conventionnelle», 1er congrès de la Chaire Internationale Mukwege [En ligne], Actes du colloque, URL : https://popups.uliege.be:443/chairemukwege/index.php?id=250.