C@hiers du CRHIDI

1370-2262

 

depuis le 01 septembre 2015 :
Visualisation(s): 82 (0 ULiège)
Téléchargement(s): 0 (0 ULiège)
print        
Éric Bousmar, Stanislas Horvat, Catherine Lecomte & Emese K. E. von Boné

En mémoire de Philippe Annaert

Article
Open Access

Résumé

Ce texte rend hommage à Philippe Annaert (1959-2018), l’un des éditeurs de ce numéro spécial de revue, malheureusement décédé durant le travail d’édition. On y évoque sa carrière et ses réalisations scientifiques comme archiviste, historien de l’Eglise et historien des institutions. La liste de ses publications est jointe en annexe.

Index de mots-clés : Histoire politique et des institutions, archivistique, Ursulines, Histoire des Temps modernes, Histoire contemporaine, congrégations religieuses féminines, Histoire de l’Eglise

Abstract

This is a tribute to Dr Philippe Annaert (1959-2018), one of the editors of this special journal issue, who unfortunately died during the process of editing. Attention is paid to Philippe’s career and scholarly achievements as an archivist, a Church historian and an historian of the institutions. A list of his publications is provided.

Index by keyword : Church History, archival science, female religious orders, Early Modern History, Modern & Contemporary History, Political History & History of the Institutions, Ursulines

1Historien des institutions et de la vie religieuses, archiviste, co-éditeur du présent numéro thématique et co-organisateur des journées d’études dont ces textes sont issus, Philippe Annaert nous a quittés en novembre 2017, avant d’avoir pu voir l’aboutissement de ce projet. Il a semblé naturel à ses collègues d’ouvrir ces pages par un hommage à sa mémoire.

2Né en 1959, Philippe Annaert a étudié l’histoire aux Facultés universitaires Saint-Louis, à Bruxelles (aujourd’hui Université Saint-Louis — Bruxelles), puis à l’Université catholique de Louvain (UCL). Il entame sa carrière de chercheur comme aspirant du Fonds national de la recherche scientifique (FNRS) attaché à l’UCL (1983-1987), puis comme archiviste aux Archives de l’État, attaché successivement aux Archives de l’êtat à  Mons puis aux Archives générales du Royaume (1988-1991). Il obtient en 1990 le grade de docteur en histoire de l’UCL, après avoir soutenu une thèse de 1200 pages intitulées Vie religieuse féminine et éducation entre Somme et Rhin.  Les ursulines et leurs collèges aux XVIIe et XVIIIe siècles.

3Il quitte en 1991 les Archives générales du Royaume pour prendre la responsabilité de la bibliothèque fédérale de l’Agriculture, comportant un fonds d’ouvrages anciens non négligeable, au sein du Ministère des Classes moyennes et de l’Agriculture. Il sera également responsable des archives de ce ministère, intégré en 2002 au Service public fédéral de l’Économie.

4Il revient en 2008 aux Archives de l’État, et est affecté au dépôt de Saint-Hubert, en Ardenne, où il est promu en 2013 au rang de Chef de travaux. Lors de son décès, un grand quotidien régional a salué sa mémoire comme « figure connue des Archives de l’État à Saint-Hubert » et «  scientifique de haut vol »1.

5Dans le cadre de ces fonctions successives, il est l’auteur de contributions historiques et archivistiques portant sur l’administration de la Belgique aux XIXe-XXe siècles, en particulier l’histoire des organes consultatifs de l'administration centrale, l’histoire du Ministère des Classes moyennes, l’histoire du Ministère des Affaires économiques et de ses commissions et parastataux. Sur le plan plus strictement archivéconomique, on lui doit un tableau de tri pour les archives des organismes de logement social et des rapports d’inspections menées dans les archives des communes et CPAS du ressort des Archives de l’État à Saint-Hubert. Il a publié les volumineux inventaires de deux fonds conservés par ce dépôt, celui des archives du Commissariat d'arrondissement de Marche-en-Famenne et celui des papiers de Charles-Ferdinand Nothomb, ancien ministre, président de parti et président de la Chambre. Dans la foulée, Ph. Annaert avait été la cheville ouvrière du colloque Charles-Ferdinand Nothomb, un homme d’État, une époque (Saint-Hubert, 10 juin 2016), accompagné d’une exposition sur cet homme politique (du 10 juin au 30 septembre 2016).

6En parallèle, il poursuit ses activités d’histoire de l’Église et des institutions religieuses, centrée sur les congrégations féminines d’Ancien Régime. Fort actif dans ce domaine, auteur de publications et de communications dont on trouvera la liste ci-après, il développe également un enseignement sur ces matières comme professeur à l’Institut d’études théologiques (Faculté de théologie de la Compagnie de Jésus) de Bruxelles et au Grand Séminaire de Namur.

7Il était également fort soucieux du sort du patrimoine archivistique et culturel produit et conservé par les institutions religieuses, et s’est investi en faveur de la sauvegarde de celui-ci. Il était membre fondateur du Comité d’histoire religieuse de Brabant wallon (1986) — dont il rejoignit le conseil d’administration en 2007 —  mais également membre de la section Archives du Service diocésain « Art, culture et foi » du diocèse de Tournai (depuis sa création en 2004). Cette dimension de service à la société était pour lui consubstantielle à son travail de scientifique. Il avait assumé en 2017 la direction de la Revue d’histoire du Brabant wallon. Religion, patrimoine, société. Un hommage circonstancié lui a été consacré par celle-ci et souligne son engagement d’historien en faveur du patrimoine2. Il était également présent et actif dans d’autres associations sur le plan de l’histoire locale3.

8Comme historien des ordres religieux et comme archiviste, il a porté un intérêt particulier à l’histoire du droit et des institutions, on l’a souligné. Il était aussi un membre fidèle et de longue date de la Société d’histoire du droit et des institutions des pays flamands, picards et wallons. Son épouse Viviane l’accompagnait au colloque annuel, ainsi que leurs enfants, lorsqu’ils étaient encore petits. Les habitués de la Société gardent l’image d’une famille aimable et soudée. Un souvenir particulier s’attache aux Journées Internationales que Philippe a organisées en 2010 aux Archives de l’État à Saint-Hubert, et au dîner, très spécial, dans la forêt.

9Philippe Annaert devint secrétaire de la section belge de la Société, puis vice-président (2011-2014) et enfin, de mai 2014 à mai 2017, président. Élu lors du congrès d’Utrecht en 2014, il présidé les congrès de Compiègne (2015), Bruxelles (2016) et Maastricht (2017). En cette qualité, il assura notamment l’organisation des Journées internationales d’histoire du droit et des institutions tenues à Bruxelles en mai 2016. Les responsables de la Société ont appris avec une grande douleur son décès, et se joignent ici à l’un des éditeurs du volume pour lui rendre un dernier hommage.

Bibliographie

Bibliographie de Philippe Annaert, établie par E. Bousmar

Ph. Annaert, Les ursulines aux XVIIe et XVIIIe siècles, mémoire de licence en histoire, Université catholique de Louvain, 1981.

Ph. Annaert, « Le rayonnement spirituel et culturel des Ursulines de Rome au XVIIIe siècle », dans Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, LII, 1982, p. 121-127.

Ph. Annaert, « L’apogée d’un monastère montois au début du XVIIIe siècle : la reconstruction du couvent des ursulines de 1704 à 1729 », dans Revue des archéologues et historiens d’art de Louvain, XV, 1982, p. 201-217.

Ph. Annaert, « Un aspect méconnu de la politique de Clément IX à l'égard des ordres religieux : le bref pontifical de 1667 concernant les ursulines », dans Revue d'Histoire ecclésiastique, LXXVIII, 1983, 2, pp. 452-467.

Ph. Annaert, « Le tricentenaire du collège des Ursulines belges de Rome (1684-1984) », dans Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, LIII-LIV, 1983-1984, p. 305-314.

Ph. Annaert, « L’évolution de l’ordre de Sainte-Ursule dans les Pays-Bas et la principauté de Liège aux XVIIe et XVIIIe siècles », dans XLVIIe Congrès de la Fédération des cercles d’archéologie et d’histoire de Belgique. Congrès de Nivelles. Actes, t. III, 1984, p. 379-388.

Ph. Annaert, « La situation des congrégations religieuses enseignantes et des collèges de jeunes filles en Brabant Wallon à la fin du XVIIIe s. », dans Colloque d'Histoire de Louvain-la-Neuve, 29 septembre 1984, Wavre, 1985 (Cahiers du Comité d'Histoire Religieuse du Brabant Wallon, 1), p. 33-41.

Ph. Annaert, Goele Bodson, Lydia Brennet-Deckers et al., L'école primaire en Belgique depuis le moyen âge [Bruxelles], Galerie CGER, 10 octobre 1986-11 janvier 1987, catalogue d’exposition, avant-propos de Bob Coolen, Bruxelles, CGER, 1986, 287 pp.

Ph. Annaert, Goele Bodson, Lydia Brennet-Deckers et al., De lagere school in België van de middeleeuwen tot nu, [Brussel], ASLK-Galerij, 10 oktober 1986-11 januari 1987, catalogue d’exposition, avant-propos de Bob Coolen, Bruxelles, ASLK, 1986, 287 pp. [version néerlandaise du précédent].

Ph. Annaert, « L'enjeu de l'histoire paroissiale », dans Revue d'Histoire ecclésiastique, LXXXII, 1987, 3-4, p. 545-548.

Ph. Annaert, « Les filles dévotes enseignantes dans le Hainaut et le Tournaisis aux XVIIe et XVIIIe s. », dans De Leiegouw, 29, 1987, p. 3-9.

Ph. Annaert, « Une œuvre d’éducation sous l’Ancien Régime. Les ursulines dans les Pays-Bas aux XVIIe et XVIIIe siècles », dans Gaston Braive et Jean-Marie Cauchies (dir.), La critique historique à l’épreuve. Liber discipulorum Jacques Paquet, Bruxelles, 1989 (Publications des Facultés universitaires Saint-Louis. Travaux et recherches, 17), p. 175-186.

Ph. Annaert, Vie religieuse féminine et éducation entre Somme et Rhin.  Les ursulines et leurs collèges aux XVIIe et XVIIIe siècles, thèse de doctorat en histoire, Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve), 1990, 1200 p.

Ph. Annaert, « Entre "jésuitesses" et ursulines. Les jésuites et les religieuses enseignantes à l’aube du XVIIe siècle », dans Vie consacrée, 1990, p. 256-265.

Ph. Annaert, Femmes, religieuses et éducatrices. Les ursulines aux XVIIe et XVIIIe siècles, Bruxelles, Tournai, CEDEM, 1990, 200 p.

Ph. Annaert, « Les ursulines et l’éducation des filles à la veille de la Révolution », dans Réseaux. Revue interdisciplinaire de philosophie morale et politique [Mons], n° 61-62-63 : Conditions féminines à l’époque de la Révolution française, 1991, pp. 77-85.

Ph. Annaert, L'administration consultative. Introduction à l'étude des organes consultatifs de l'administration centrale de la Belgique, Bruxelles, Archives générales du Royaume, 1991, 34 f.

Ph. Annaert, « L'administration consultative : introduction à l'étude des organes consultatifs de l'administration centrale de la Belgique », dans Aspects méthodologiques de l'histoire de l'administration belge (xixe-xxe siècles) Methodologische aspecten van de geschiedenis van de Belgische administratie (19de-20ste eeuw), Bruxelles, Archives générales du Royaume et Archives de l’Etat dans les Provinces, 1991 (Miscellanea archivistica. Studia 11), p. 113-163.

Ph. Annaert et Paul Servais (dir.), Rencontre interculturelle et relations entre Eglises locales. Actes du colloque international, Louvain-la-Neuve, 1991, organisé par le Comité du 50e anniversaire de la mort du Père Vincent Lebbe, Louvain-la-Neuve/Bruxelles, Academie-Erasme/Comité du 50e anniversaire de la mort du Père Lebbe, 1991, iv-175 p.

Ph. Annaert, La Trappe de Westvleteren, 1831-1991, Bruxelles, 1991.

Ph. Annaert, « L'Ultime Fondation de l'ordre de Sainte-Ursule dans les anciens Pays-Bas : Malines, 1680-1691 », dans Handeligen van de Koninklijke Kring voor Oudheidkunde, Letteren en Kunst van Mechelen, XCV, 1991, fasc. 1, p. 131-144.

Ph. Annaert, Les collèges au féminin. Les Ursulines : enseignement et vie consacrée aux XVIIe et XVIIIe siècles, Namur, CDRR, 1992 (Vie consacrée, 3), 195 p.

Ph. Annaert, « Aux origines des ursulines d’Amiens », dans Au fil du temps. L’art de la broderie chez les ursulines au XVIIe siècle, Amiens, 1992, p. 16-21.

Ph. Annaert, « Education féminine et société. Les magistrats municipaux et les congrégations enseignantes au XVIIe siècle », dans Serge Dauchy et Renée Martinage (éd.), Pouvoirs locaux et tutelle. Actes des Journées internationales tenues à Furnes du 28 au 31 mai 1992, Villeneuve d'Ascq, Centre d'Histoire judiciaire (Lille II), 1993 (Société d'Histoire du Droit et des Institutions des Pays flamands, picards et wallons), p. 149-160.

Ph. Annaert, Classes moyennes et administration publique. De l’Office des Métiers et Négoces au Ministère des Classes moyennes, 1899-1992, Bruxelles, 1992, 103 p.

Ph. Annaert, « Les Ursulines du pays mosan. Dynamisme et rayonnement d'une congrégation féminine à l'époque de la Contre-Réforme », dans Annales du Cercle hutois des Sciences et Beaux-Arts, XLVII, 1993, p. 17-85.

Ph. Annaert, « Sainte Marguerite-Marie et la Belgique », dans Sainte-Marguerite-Marie et le message de Paray-le-Monial, Paris, 1993, p. 379-413.

Ph. Annaert, Le ministère belge des affaires économiques, 1934-1989, T. 1. Histoire structurelle de l’administration centrale, et T. 2. Répertoire des organes consultatifs de l’administration. Bruxelles, Arch. Gén. du Royaume, 1993, 444 p. [2ème édit.]

Ph. Annaert et Michel Guinand, Le Ministère des affaires économiques (1934-1992). 1, Etude de l'organisation et répertoire des commissions et parastataux, Bruxelles, Archives générales du Royaume, 1994 (Archives générales du Royaume et Archives de l'État dans les provinces. Miscellanea archivistica. Studia, 62), 208 p.

Ph. Annaert, « Le voyage à Rome du chanoine Charles Major, en 1732 », dans Raphaël de Smedt (éd.), Mechliniensia in honorem Prof. em. Dr. Constantini Van de Wiel septuagenarii, Malines, 1994 (= Handelingen van de Koninklijke Kring voor Oudheidkunde, Letteren en Kunst van Mechelen, 98, 1994), p. 259-272.

Ph. Annaert, Jean-Emile Charlier, Jean-Marie Lequeux, Jean Lhoas et Christiane Piérard, Le couvent des Sœurs noires à Mons, Bruxelles, Atelier Ledoux, 1995, 78 p.

Ph. Annaert, « 1483-1987. Les sœurs noires à Mons : cinq siècles de vie consacrée », dans Le couvent des sœurs noires à Mons et les Ateliers de la FUCaM, Mons, Faculté universitaire catholique de Mons, 1995, pp. 8-19.

Ph. Annaert, « Le voyage à Rome de la mère Mignon. Une ursuline de Huy traverse les Alpes en 1732 », dans Annales du Cercle hutois des sciences et des beaux-arts, XLIX, 1995, p. 21-37.

Ph. Annaert, « La situation des archives du Ministère des Classes moyennes et de l’Agriculture », dans Jacques Charneux (éd.), Actes de la Section archivistique du 5e congrès des Cercles francophones d’Histoire et d’Archéologie de Belgique, Herbeumont, 22-25 août 1996 (= Archives et Bibliothèques de Belgique, LXVII, 1996, 1-4), p. 105-123.

Ph. Annaert, « Les finances des monastères d’ursulines aux 17e et 18e siècles. Le cas des Pays-Bas méridionaux », dans Eddy Put, Marie-Juliette Marinus et Hans Storme (éd.), Geloven in het verleden. Studies over het godsdienstig leven in de vroegmoderne tijd, aangeboden aan Michel Cloet, Louvain, Universitaire Pers Leuven, 1996, p. 253-269.

Ph. Annaert, « Converses, tourières et mouvements laïcs dans l’ordre de Sainte-Ursule », dans N. Bouter (éd.), Les mouvances laïques des ordres religieux. Actes du IIIe Colloque international du C.E.R.C.O.R. en collab. avec le Centre internationale d’Etudes romanes, Tournus, 17-20 juin 1992, Saint-Etienne, Publication de l’Université de Saint-Etienne, 1996, p. 335-354.

Ph. Annaert, « Fénelon et l’éductation des filles dans le diocèse de Cambrai », dans Gilles Deregnaucourt, Philippe Guignet et Martine Aubry (éd.), Fénelon, évêque et pasteur en son temps, 1695-1715. Actes du colloque, Cambrai, 15-16 septembre 1995, Villeneuve-d’Ascq, Université Charles-de-Gaulle/Centre d’histoire de la région du Nord et de l’Europe du nord-ouest, 1996 (Histoire et littérature régionales, 15), p. 139-154.

Ph. Annaert, « Entre moniales et filles dévotes : l'éducation des filles dans les Pays-Bas méridionaux sous le règne des archiducs Albert et Isabelle », dans Cahiers dolois [Dole], 14, 1997 : Les femmes et l'accès au savoir au temps d'Anne de Xainctonge, Dole (1596-1621). Actes du Colloque tenu à Dole, 4-5 juillet 1997, pp. 107-125.

Ph. Annaert, « Femmes d’Eglise et femmes de pouvoir aux origines de l’Annonciade de France », dans J.-M. Cauchies (dir.), Hommes d’Eglise et pouvoirs à l’époque bourguignonne (XIVe-XVIe s.). Rencontres de Dijon-Dole (25 au 28 septembre 1997), Neuchâtel, 1998 (Publications du Centre européen d'études bourguignonnes (XIVe-XVIe s.), 38), p. 187-206.

Ph. Annaert, « La vie consacrée à la croisée des chemins. Enjeux et défis », dans Vie consacrée, 70, 1998, p. 71-81.

Ph. Annaert, « Les cisterciennes en Belgique entre Réforme et Révolution : tendances séculaires d'une dynamique spirituelle », dans Villers. Revue trimestrielle de l'abbaye [Villers-la-Ville], 2000, n° 16, p. 7-11.

Ph. Annaert, « Femmes et service d’Eglise dans la tradition historique occidentale », dans Vie consacrée, 75, 2003, p. 307-325.

Ph. Annaert, « Le père Gabriel-Maria Nicolas et l’héritage de Jeanne de France », dans Dominique Dinet, Pierre Morrachini et Marie-Emmanuel Portebos (éd.), Jeanne de France et l’Annonciade. Actes du colloque international de l’Institut catholique de Paris (13-14 mars 2002), Paris, Cerf, 2004, p. 27-64.

Ph. Annaert, « Discours de femmes et hagiographie. Les religieuses de Valenciennes face à la justice révolutionnaire », dans Véronique Demars-Sion et Renée Martinage (éd.), Eglises & Justices. Actes des journées internationales tenues à Saint-Riquier du 29 mai au 1er juin 2003, Lille, Centre d’histoire judiciaire, 2005, p. 141-163.

Ph. Annaert, « Monde clos des cloîtres et société urbaine à l’époque moderne : les monastères d’ursulines dans les Pays-Bas méridionaux et la France du Nord », dans Histoire, économie, société [Bruxelles], XXIV, 2005, 3, p. 329-341.

Ph. Annaert, « L'éducation des filles dans la France du Nord et les "provinces belgiques" du XVIe au XVIIIe siècle. Projet d'Eglise ou projet de société ? », dans Philippe Desmette (éd.), Eglise, pouvoir civil et enseignement (XVIe-XVIIIe siècle), Bruxelles, Facultés Universitaires Saint-Louis, 2008 (Cahiers du Centre de Recherches en Histoire du Droit et des Institutions, 29), p. 57-86.

Ph. Annaert, « Les origines des Ursulines dans les possessions des Habsbourg d'Espagne. Une question controversée », dans Laurence Delobette et Paul Delsalle (éd.), La Franche-Comté et les anciens Pays-Bas XIIIe-XVIIIe siècles, tome 1 : Aspects politiques, diplomatiques, religieux et artistiques. Actes du colloque international tenu à Vesoul (Haute-Saône) et Tournai (Belgique), les 25, 26 et 27 octobre 2006, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2009 (Les Cahiers de la MSHE Ledoux, 15 [= série Transmission et identité, 5]), p. 369-411.

Ph. Annaert, « La situation du clergé régulier dans les Pays-Bas bourguignons au début du XVe siècle », dans J.-M. Cauchies et Marie-Astrid Collet-Lombard, Le miracle du Saint Saint : Bois-Seigneur-Isaac 1405-2005. Actes du colloque organisé au prieuré des Prémontrés de Bois-Seigneur-Isaac (Belgique, Brabant wallon) les 13 et 14 mai 2005, Berlin, Lit Verlag, 2009 (Vita regularis. Ordnungen und Deutungen religiosen Lebens im Mittelalter. Abhandlungen, Bd. 41), p. 19-33.

Ph. Annaert, « L'éducation dispensée par les ursulines aux 17e et 18e siècles », dans Silvia Mostaccio et Jean-Pierre Delville (éd.), Genre et identités aux Pays-Bas méridionaux. L'éducation religieuse des femmes après le concile de Trente. Actes du colloque international, Université catholique de Louvain, 7 mars 2008, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2010 (Collection Sillages, 14), p. 151-203.

Ph. Annaert, Archives des organismes publics actifs dans le domaine du Logement social en Région wallonne. Tableau de tri pour les archives 2010, Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2011 (Archives générales du Royaume et Archives de l’Etat dans les Provinces. Tableaux de gestion et tableaux de tri = Archiefbeheersplannen en selectielijsten, 59), 48 p.

Ph. Annaert, Les archives de dix communes des arrondissements judiciaires de Marche-en-Famenne et de Neufchâteau, canton de Saint-Hubert. Rapport d'inspection 27 janvier - 20 mai 2009, Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2011 (Miscellanea Archivistica. Studia, 196), 74 p.

Ph. Annaert, Les archives des CPAS de dix communes des arrondissements judiciaires de Marche-en-Famenne et de Neufchâteau, canton de Saint-Hubert. Rapport d'inspection 16 septembre - 15 décembre 2009, Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2011 (Miscellanea Archivistica. Studia, 195), 76 p.

Ph. Annaert, « Réforme et idéal contemplatif féminin dans l’œuvre spirituelle de Frère Gabriel-Maria Nicolas († 1532) », dans Ludovic Viallet et Frédéric Meyer (éd.), Le Silence du Cloître, l’exemple des saints, XIVe-XVIIe siècles. Identités franciscaines à l’âge des réformes, II, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2011 (Histoires croisées), p. 141-156.

Ph. Annaert, « Jeanne de France et Marguerite de Lorraine : deux figures de duchesses et de femmes d’Eglise au temps des réformes », dans Éric Bousmar, Jonathan Dumont, Alain Marchandisse et Bertrand Schnerb (éd.), Femmes de pouvoir, femmes politiques durant les derniers siècles du Moyen Âge et au cours de la première Renaissance, Bruxelles, De Boeck Université, 2012 (Bibliothèque du Moyen Âge, 28), p. 509-527.

Ph. Annaert, « L'apport des religieuses enseignantes à l'éducation des filles dans les villes du Nord-Ouest de l'Europe, XVIIe-XVIIIe siècles », dans Revue du Nord, 94, 2012 (n° 394), p. 9-31.

Ph. Annaert, « Les jésuites et les communautés religieuses féminines à Bruxelles aux XVIIe et XVIIIe siècles », dans Quatre siècles de présence jésuite à Bruxelles = Vier eeuwen jezuïeten te Brussel, dir. Alain Deneef et Xavier Rousseaux, Bruxelles/Louvain, Prosopon/KADOC-KULeuven, 2012, p. 251-264.

Ph. Annaert, « Le domaine de l’abbaye Notre-Dame de Bonne-Espérance et la paroisse de Gentinnes », dans Revue d’histoire du Brabant wallon. Religion, patrimoine, société, 27, 2013, fasc. 3, p. 143-160.

Philippe Annaert et Thierry Scholtes (éd.), Pardon, pénitence et réconciliation. Journées internationales d'histoire du droit et des institutions, Saint-Hubert, 14-15 mai 2010, Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2014 (Archives générales du Royaume et Archives de l'État dans les provinces. Studia, 142), 208 p.

Philippe Annaert et Thierry Scholtes, « Avant-propos », dans Philippe Annaert et Thierry Scholtes (éd.), Pardon, pénitence et réconciliation. Journées internationales d'histoire du droit et des institutions, Saint-Hubert, 14-15 mai 2010, Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2014 (Archives générales du Royaume et Archives de l'État dans les provinces. Studia, 142), p. 5-10.

Ph. Annaert, Inventaire des archives du Commissariat d'arrondissement de Marche-en-Famenne (ca. 1640) 1795-1989, Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2014 (Archives de l’État à Saint-Hubert. Inventaires, 9), 513 p.

Mémoire de la Grande Guerre à Manhay, par Thierry Detroz, Annick Henrotte et Eddy Monfort, en collaboration avec le Fonds d'Histoire de Manhay, avec la contribution de Philippe Annaert, Philippe Bastin et Jean-Marie Bernier, Manhay, Administration communale, 2014, 260 pp.

Ph. Annaert, « L'éducation des filles à Bruxelles à la fin de l'Ancien Régime », dans Cahiers bruxellois. Revue historique trimestrielle, 47, 2015, p. 5-29.

Ph. Annaert, Inventaire des archives de la paroisse et fabrique d'église de Saint-Paul d'Arville, 1650-2001, Bruxelles,  Archives générales du Royaume, 2015 (Archives de l’État à Saint-Hubert. Inventaires, 10), 46 pp.

Ph. Annaert, « Charles-Ferdinand Nothomb, itinéraire politique d'un homme d'État. De la jeunesse luxembourgeoise et brabançonne à la sphère européenne et internationale », dans Revue d’histoire du Brabant wallon. Religion, patrimoine, société, 30, 2016, fasc. 2, p. 196-211.

Ph. Annaert, « La paroisse de Baisy et les abbayes d'Aywières et de Saint-Hubert d'Ardenne au Moyen Âge », dans Revue d’histoire du Brabant wallon. Religion, patrimoine, société, 30, 2016, fasc. 3, p. 275-291.

Ph. Annaert, « Chronique d’histoire monastique. La vie consacrée en mutation ? », dans Revue d’histoire ecclésiastique, 111, 2016, fasc. 3-4, p. 667-682.

Ph. Annaert, Inventaire des archives de Charles-Ferdinand Nothomb (1936-2016), tome Ier, Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2017 (Archives de l’État à Saint-Hubert. Inventaires, 15), 159 p.

Ph. Annaert, « Le pèlerinage du Saint-Sépulcre à Marche-en-Famenne. Un lieu de dévotion et des miracles en Luxembourg du temps de la réforme catholique », dans Annales [du] Cercle historique de Marche-en-Famenne, Hotton et Rendeux, 32, 2017, p. 11-40.

Ph. Annaert, « Liminaire », dans Revue d’histoire du Brabant wallon. Religion, patrimoine, société, 31, 2017, fasc. 3 : Mousty, la collégiale oubliée. Un monument médiéval millénaire à Ottignies-Louvain-la-Neuve, p. 129-130.

Ph. Annaert, « Le développement des religieuses enseignantes le long de l’axe lotharingien aux XVIIe et XVIIIe siècles », communication présentée lors du colloque international Être femmes dans une Église d’hommes entre Italie du nord et Pays-Bas méridionaux. Engagements, discours et réceptions, du Moyen Âge à la fin de l’Ancien Régime (Université de Liège, 18-21 octobre 2017), restée inédite.

Notes

1  J.-M. B., Saint-Hubert. Philippe Annaert est décédé, dans L’Avenir [du] Luxembourg, mercredi 8 novembre 2017, également consultable en ligne sur https://goo.gl/xPVBHP, consulté le 22 janvier 2018.

2  E. Bousmar, « In memoriam Philippe Annaert (1959-2017) », dans Revue d’histoire du Brabant wallon. Religion, patrimoine, société, 32, 2018, fasc. 1, p. 3-7.

3  « In memoriam Philippe Annaert », dans La Mémoire de Chastre, n° 108,
3e trimestre 2017, p. 26.

Pour citer cet article

Éric Bousmar, Stanislas Horvat, Catherine Lecomte & Emese K. E. von Boné, «En mémoire de Philippe Annaert», C@hiers du CRHIDI [En ligne], Vol. 41 - 2018, URL : https://popups.uliege.be:443/1370-2262/index.php?id=550.

A propos de : Éric Bousmar

Éric Bousmar est docteur en histoire et professeur ordinaire à l’Université Saint-Louis—Bruxelles. Il y enseigne l’histoire médiévale, l’anthropologie historique, l’histoire de Belgique et la critique historique, et y est co-directeur du Centre de recherches en histoire du droit, des institutions et de la société (CRHiDI).

A propos de : Stanislas Horvat

Stanislas Horvat est docteur en droit et professeur à l’École royale militaire (Bruxelles), où il dirige la Chaire de droit. Ses travaux portent notamment sur l’histoire de la justice militaire. Il est vice-président de la Société d’histoire du droit et des institutions des Pays flamands, picards et wallons.

A propos de : Catherine Lecomte

Docteure d’Etat en droit et agrégée d’histoire du droit et des institutions, Catherine Lecomte est professeure émérite de l’Université Versailles St-Quentin-en-Yvelines et doyen honoraire de la Faculté de droit. Elle a été présidente de la Société d’histoire du droit et des institutions des Pays flamands, picards et wallons de 2011 à 2014.

A propos de : Emese K. E. von Boné

Emese K. E. von Boné est professeure à l’Erasmus University Rotterdam (Ecole de droit, Département de droit privé), où elle enseigne l’histoire du droit. Elle est actuellement présidente de la Société d’histoire du droit et des institutions des Pays flamands, picards et wallons.