since 05 February 2011 :
View(s): 923 (7 ULiège)
Download(s): 322 (2 ULiège)
print        
Arnaud Dewalque & Denis Seron

Quelques réflexions introductives

Article
Open Access

Attached document(s)

Annexes


1La fin du vingtième siècle a été, pour la philosophie, une période de prospérité et d’effervescence. La plupart des grands problèmes de la philosophie ont fait l’objet d’approches innovantes et fructueuses, ainsi que d’innombrables controverses entre des positions philosophiques extrêmement diversifiées. Cet épanouissement tous azimuts s’explique en partie par les échecs des paradigmes antérieurs. En révélant leurs faiblesses, voire leurs contradictions, les extrémismes des décennies précédentes — la psychologie comportementaliste, la philosophie herméneutique, l’extensionalisme et l’analyse conceptuelle de style wittgensteinien ou carnapien — ont cédé la place à une grande variété de méthodes et de doctrines originales. Affranchie de toutes sortes de dogmes qui en entravaient le développement, la philosophie est certainement aussi moins solide que dans le passé. Les méthodes restent souvent à élaborer et le consensus est plus difficile. Mais la philosophie a perdu en confiance ce qu’elle a gagné en probité et en sincérité descriptive. Le retour en masse du réalisme depuis quelques décennies (Armstrong, Putnam, Lewis, etc.) est solidaire d’une sorte de « retour aux choses mêmes » confiant et optimiste, que l’idéalisme linguistique de Quine et de Davidson avait semblé rendre définitivement impossible.

2Ce mouvement a eu des effets bénéfiques. L’analyse du langage s’étant révélée incapable d’assumer à elle seule le rôle de référence pour l’ontologie, les philosophes ont été rappelés à la fonction originelle de la philosophie, qui est de regarder et de décrire le monde. La situation est d’ailleurs comparable dans la philosophie européenne continentale, si tant est qu’on puisse comparer la domination actuelle du commentarisme herméneutique sur le continent européen à celle de la philosophie du langage dans la philosophie anglo-saxonne des années 1960-1980.

3Le dernier tiers du vingtième siècle a vu se développer une discipline philosophique nouvelle, la « philosophie de l’esprit ». Ce courant aux contours imprécis est le lieu de croisement d’influences multiples, où on retrouve aussi bien l’héritage de la philosophie analytique que celui des psychologues allemands du dix-neuvième siècle. Il se distingue tant par sa variété et son ouverture que par son exceptionnelle fécondité dans de nombreux domaines de la philosophie. Ses représentants ont d’abord eu le mérite de remettre sur le tapis un grand nombre de questions philosophiques fondamentales, qui avaient été négligées au cours des décennies précédentes. En remettant en question les robustes paradigmes réductionniste et comportementaliste, mais aussi en mettant en place une conceptualité plus fine, les philosophes de l’esprit ont ouvert la voie à un renouvellement profond de la psychologie et de la théorie de la connaissance. Ils ont aussi contribué à reformuler plus précisément et plus rigoureusement plusieurs problèmes classiques de la philosophie, en particulier le problème du rapport esprit-corps. Les vigoureux débats entre internalistes et externalistes, entre fonctionnalistes et intentionalistes, etc., sont des effets de telles tentatives de reformulation.

4C’est peut-être en métaphysique que les succès remportés ont été les plus spectaculaires. Longtemps assujettie à la sémantique ou frappée d’interdit par les philosophes herméneutiques et analytiques, la métaphysique a aujourd’hui retrouvé une place centrale en philosophie. Ce regain d’intérêt est dû principalement aux efforts de quelques pionniers comme Lewis, Armstrong ou Simons (on pourrait facilement en citer une douzaine d’autres). Ces auteurs n’ont pas seulement renouvelé en profondeur la philosophie en introduisant en ontologie des questions et des méthodes nouvelles. Ils ont aussi pourvu la métaphysique d’un cadre conceptuel et thématique de base. Ce cadre, dans lequel s’inscrivent la plupart des travaux actuels en métaphysique, est suffisamment riche et profond pour alimenter la recherche durant de nombreuses années encore. Il a suscité de fécondes controverses dans des domaines aussi divers que la théorie des vérifacteurs, la théorie des propriétés, l’ontologie formelle, la méréologie. En particulier la querelle classique des réalistes et des nominalistes a pris une tournure nouvelle, donnant libre cours à des positions philosophiques jusque-là inédites ou peu explorées (théories des faisceaux, etc.).

5La phénoménologie a aussi progressé notablement. C’est tout spécialement le cas dans le domaine de l’histoire de la phénoménologie, qui a vu se multiplier les contributions de grande valeur. Ces progrès participent d’ailleurs d’un mouvement plus général, qui est assez caractéristique de la philosophie sur le continent européen et qui ne concerne pas seulement l’histoire de la philosophie, mais l’histoire des idées dans son ensemble. Les résultats obtenus en histoire des idées ont enrichi la philosophie elle-même de manière significative. En favorisant une compréhension plus complète et plus exacte de l’histoire de la philosophie, la volonté de retourner systématiquement aux textes mêmes a permis une meilleure prise en compte de contributions anciennes à des problèmes philosophiques contemporains.

6L’essor des études husserliennes depuis plusieurs décennies s’inscrit dans ce contexte. L’interprétation de Husserl par Føllesdal et les controverses qu’elle a suscitées sont exemplaires à cet égard. Elles montrent que l’approfondissement d’une question purement historique — le sens noématique de Husserl est-il assimilable au sens de Frege ? — peut contribuer de façon décisive à des débats philosophiques contemporains, par exemple au débat internalisme-externalisme et au débat nominalisme-réalisme. Ces controverses historiques ont ainsi causé une scission profonde de la phénoménologie en deux camps, la West Coast Interpretation et l’East Coast Interpretation, qui a tout aussi bien une signification philosophique.

7Parmi les développements récents de la phénoménologie, on peut aussi citer un certain nombre d’auteurs qui, sans s’en réclamer explicitement, ont rencontré plusieurs intuitions décisives de la phénoménologie husserlienne — par exemple John Searle, Jacques Derrida ou Daniel Dennett. Enfin, il faut encore mentionner une phénoménologie de style moins scientifique, qui a eu le mérite de faire communiquer la philosophie avec d’autres formes de vie culturelle comme l’art, la littérature, la religion, la politique.

8La tâche actuelle de la philosophie est bien entendu étroitement liée à cette situation historique. Les importantes avancées accomplies en philosophie de l’esprit, en métaphysique et en phénoménologie ne se distinguent pas tant par la position de problèmes nouveaux que par la reformulation des questions fondamentales qui ont alimenté toute la tradition occidentale. Ce qu’on attend aujourd’hui de la philosophie, c’est qu’elle pose ces questions d’une certaine manière : certainement, de manière à « rendre compte du concret », mais aussi de manière « critique ».

9Compte tenu du développement croissant des sciences, la nécessité d’une approche critique au sens de Kant est encore plus sensible aujourd’hui que dans le passé. La multiplication des méthodes et des approches pluridisciplinaires semble parfois brouiller les frontières qui séparent la philosophie des disciplines non philosophiques, comme l’anthropologie culturelle ou les sciences cognitives. Quels que soient ses mérites, un tel dialogue avec les autres sciences ne doit pas faire perdre de vue que la philosophie possède des méthodes propres qui peuvent et doivent être déterminées de façon rigoureuse.

10C’est là sans doute un acquis durable du programme critique kantien : avoir assigné à la philosophie une place délimitée dans l’édifice des sciences. Et cela vaut tout autant, sinon davantage, du néokantisme, qui s’est développé à une époque où l’essor de ce que Dilthey a nommé les « sciences de l’esprit » paraissait restreindre considérablement le champ d’investigation de la philosophie. Poussée dans ses derniers retranchements, celle-ci semblait ne devoir conserver comme objets d’étude que les sciences elles-mêmes, se réduisant à une méthodologie de la connaissance scientifique. Or, la position critique permet de rendre à la philosophie une tâche incomparablement plus vaste, tout en garantissant son autonomie face aux sciences positives et en maintenant sa prétention légitime à constituer une « doctrine de la science ».

11Une fois débarrassé des accents extrémistes qu’on lui a souvent prêtés, le criticisme conserve un sens positif qui est, aujourd’hui encore, absolument déterminant pour l’avancement de la recherche. De façon générale, l’adhésion au programme critique signifie d’abord la reconnaissance d’une série d’exigences qui portent sur la méthode de la philosophie. Le formidable impact que le kantisme a exercé et continue d’exercer, sous des formes parfois détournées, tient précisément au fait que Kant a expressément reconnu la nécessité de garantir la possibilité même de la philosophie à l’aide d’une réflexion critique portant sur sa méthode. Aussi, il ne fait aucun doute que les questions de méthode sont appelées à former un terrain d’investigation particulièrement important pour la philosophie actuelle.

12L’apport du criticisme consiste ensuite dans la discrimination entre des domaines thématiques et des méthodes d’investigation qui sont par principe distincts et qui doivent être reconnus comme tels. C’est le cas, exemplairement, pour les domaines de la logique pure, de la psychologie empirique, de l’étude apriorique des actes (noétique pure), de l’ontologie, etc. De ce point de vue, la fameuse thèse du primat de la théorie de la connaissance ne signifie nullement l’exclusion pure et simple de l’ontologie hors du champ de la philosophie critique, pas plus que la conception du « sujet gnoséologique » comme simple pôle logique ne signifie une simplification indue des rapports entre l’homme, à titre d’individu existant, et le monde. Sur tous ces points, la position critique n’a jamais le sens négatif d’une condamnation, mais bien celui, positif, d’une séparation, et plus exactement d’une séparation idéale.

13Si on veut donner de l’idéal critique une formulation positive, il faut commencer par insister sur le fait que la philosophie est une connaissance, qu’elle vise idéalement à établir un ensemble de propositions ou un ensemble de thèses articulées selon un enchaînement rigoureux, qui peuvent être discutées à l’aide d’arguments recevables ou non, et qui peuvent être reconnues comme vraies ou rejetées comme fausses. Cette exigence peut paraître très contraignante, mais elle signifie simplement que, même comprise comme une interrogation sur des théories ou sur ce qu’est en général une théorie, la philosophie reste elle-même une théorie. Elle reste soumise — au moins formellement — au critère du vrai et du faux.

14Ce point est devenu d’autant plus significatif que la philosophie, telle qu’elle est pratiquée actuellement, est assurément une discipline où les phrases sonores et l’autorité personnelle — le « génie » — menacent continuellement de l’emporter sur l’exigence de vérité. Cette menace n’est pas propre à la philosophie, mais elle est incontestablement plus forte en philosophie du fait qu’à la différence des autres scientifiques, le philosophe ne dispose pas de méthodes et de critères de vérité reconnus unanimement. Plus fondamentalement, l’enjeu est la délimitation claire de la philosophie par opposition à la religion, à la littérature, en un mot au mythe. En affirmant le caractère théorique de la philosophie, on prend position notamment contre la croyance — couramment répandue depuis Heidegger — selon laquelle le philosophe aurait à produire une image poétique du monde, mais aussi contre l’idée (quinienne, par exemple) que l’attitude théorisante serait en réalité un cas particulier de l’attitude mythique.

15On pourrait faire des remarques analogues s’agissant de l’histoire de la philosophie, pour autant que la vérité historique exige quelque chose comme une mise entre parenthèses de la vérité philosophique. Le bon commentateur est celui dont l’interprétation est aussi indépendante que possible de jugements portant sur la valeur de vérité de ce qu’il commente. Il n’est pas excessif de dire que, pour cette raison, l’hégémonie incontestée de l’histoire de la philosophie depuis une trentaine d’années sur le continent européen a fait obstacle à l’interrogation philosophique proprement dite. Ce fait, nous semble-t-il, constitue déjà un motif suffisant pour envisager la création d’une revue dont les préoccupations seraient philosophiques avant d’être historiques. Il apparaît nécessaire, non seulement de secondariser l’approche historique, souvent privilégiée au détriment d’une position claire des problèmes et des enjeux philosophiques, mais aussi de favoriser les controverses et les confrontations, y compris avec des traditions très différentes comme la philosophie analytique ou le néokantisme. L’enjeu d’un tel changement de perspective, bien entendu, n’est pas de disqualifier absurdement l’histoire de la philosophie, mais simplement de ne plus voir en elle l’unique accès aux questions philosophiques.

16En même temps, si la philosophie est l’idée d’une science, cette science est aussi une science unique en son genre. D’abord, l’idéal critique signifie que le travail philosophique est foncièrement un travail de fondation. L’exigence de fondation situe le questionnement de la philosophie à un tout autre niveau que celui des sciences particulières. En soulevant des problèmes aussi principiels que ceux de la vérité ou du sens, la philosophie endosse eo ipso la tâche d’une fondation des autres sciences et de la connaissance en général, au sens d’une élucidation des présupposés sur lesquels s’appuient les sciences et sans lesquels elles ne sont pas possibles. L’exigence critique de fondation part du postulat que les sciences ne thématisent pas ces présupposés et n’ont pas à les thématiser, sous peine de se détourner de leur propre tâche. Les sciences particulières sont nécessairement — et à bon droit — des disciplines « dogmatiques », qui n’ont pas à se préoccuper d’exhiber leurs propres fondements.

17Mais ensuite, paradoxalement, un même besoin de fondation affecte aussi la philosophie elle-même. L’un des traits les plus remarquables du criticisme, en effet, est l’idée que la philosophie elle-même n’est pas soustraite à l’exigence de fondation, mais que celle-ci va de pair, au contraire, avec une exigence d’autofondation : la philosophie doit mettre au jour ses propres présuppositions. C’est là une ambition qui pourra être évaluée diversement, mais aussi une difficulté fondamentale de l’idéal critique et un des motifs pour lesquels il a été jugé illusoire par des philosophes de grande valeur.

18Une autre exigence critique est celle de neutralité métaphysique. La grande innovation des philosophes modernes n’a pas été de rejeter le projet aristotélicien de philosophie première, mais de montrer que ce projet ne pouvait pas être réalisé de façon satisfaisante à l’intérieur d’une métaphysique de style aristotélicien. Au moins depuis Kant, l’attitude critique va de pair avec une mise en question des présuppositions métaphysiques et un déplacement du centre gravité de la philosophie première vers la logique et la théorie de la connaissance, censées précéder la métaphysique.

19Qu’en est-il plus spécialement de la phénoménologie ? On peut se demander si la phénoménologie est à même de répondre adéquatement aux critères minimaux de la rationalité scientifique. Manifestement, l’exigence de rationalité et d’objectivité scientifiques devient d’autant plus difficile à satisfaire si la philosophie doit s’accomplir sous la forme d’une philosophie phénoménologique, c’est-à-dire d’une philosophie censée trouver son point de départ dans une sphère de données phénoménales. La même exigence a souvent servi d’argument pour rejeter l’idée que la phénoménologie soit d’une quelconque utilité pour étudier avec rigueur et sincérité des questions de nature philosophique. Une théorie scientifique des vécus individuels n’est-elle pas un cercle carré ? Le phénoménologue n’ouvre-t-il pas la porte, au contraire, à l’arbitraire subjectif, à l’intimité personnelle où la probité descriptive ne peut plus être garantie ? On peut objecter aux phénoménologues que, comme une science doit par essence être objective, et comme la conscience est quelque chose de subjectif, une science de la conscience est forcément une impossibilité.

20Cette objection est tout à fait légitime. Husserl a tenté d’y répondre par son idée d’une phénoménologie eidétique, mais sa tentative a pu paraître insatisfaisante et le dossier est loin d’être clos. Une phénoménologie « scientifique » est-elle possible ? Depuis la parution du premier volume des Idées directrices, l’histoire de la phénoménologie a été marquée par d’importantes polémiques sur cette question. C’est encore le cas, dernièrement, des prises de position de Daniel Dennett, qui en concluait à la nécessité d’une « hétérophénoménologie » à la troisième personne. Mais il est plausible que la réponse de Searle à cette objection est déjà amplement suffisante1. L’argument repose tout entier, disait Searle, sur une ambiguïté dans l’opposition objectif-subjectif. On confond ici le sens épistémologique de « subjectif » et d’« objectif » avec leur sens ontologique. Un état de conscience est par définition quelque chose qui existe sur le mode de l’existence subjective, c’est-à-dire dont l’existence est dépendante de celle d’une conscience, mais cette subjectivité au sens ontologique n’entraîne pas du tout qu’une science — objective au sens épistémologique — des états de conscience serait impossible. Pour le reste, il serait en réalité plus juste de voir dans la phénoménologie de Husserl un accomplissement et une radicalisation de la scientificité — de la rationalité critique — au sens des Modernes. Du moins, la combinaison d’intuitionnisme et d’idéalisme qui est à la base de la phénoménologie husserlienne représente une interprétation possible du projet de Descartes, des empiristes britanniques et de Kant. Il s’agit d’affirmer qu’un jugement n’est scientifiquement recevable que s’il est suffisamment certain et en droit expérimentable par tout un chacun.

21Outre l’exigence de scientificité, c’est encore l’exigence d’autofondation qui semble difficilement conciliable avec l’idée d’une philosophie phénoménologique. Sans doute, dans la mesure où elle prend comme domaine d’investigation la sphère des actes psychiques, et où toute science se réalise au moyen d’actes psychiques, la phénoménologie semble pouvoir assumer la tâche de fondation des sciences particulières. Mais même à admettre cette manière de voir, relativement simpliste, la question se pose encore de savoir si la phénoménologie peut se fonder elle-même ou bien si elle s’appuie nécessairement sur certains présupposés extra-phénoménologiques. Ce qui est en jeu ici, c’est la possibilité, pour le phénoménologue, de thématiser ses propres actes, c’est-à-dire la possibilité d’actes psychiques dirigés, non pas vers le monde, mais vers les actes psychiques eux-mêmes. L’exigence d’une philosophie première se trouve ainsi suspendue à celle d’une réflexion phénoménologique dont la nature et la possibilité même sont encore l’objet de nombreux débats.

22Il en va de même, finalement, en ce qui concerne l’exigence de neutralité métaphysique. A première vue, cette exigence paraît moins problématique dans la mesure où elle est directement prise en charge par la théorie de la réduction phénoménologique : le phénoménologue n’a pas besoin de poser l’existence de transcendances réales ou idéales, par exemple de choses physiques, de nombres, etc. Mais est-ce suffisant ? Sans doute, toute présupposition métaphysique — toute décision sur l’existence d’objets transcendants — est d’emblée écartée par un changement d’attitude qui est justement tout l’enjeu de la phénoménologie. Toutefois, il est notable que la conception husserlienne de la réduction phénoménologique soulève à son tour de nouvelles difficultés, qui ont alimenté une grande part des critiques que lui ont adressées par exemple Heidegger, Fink, Patočka ou les néokantiens.

23L’essentiel, sur tous ces points, est que la phénoménologie ne prétend pas se soustraire aux exigences de la critique, mais qu’elle les assume pleinement et tente d’y répondre, fût-ce de manière controversée. C’est là que résident, selon nous, l’intérêt de la méthode phénoménologique et son incontestable fécondité pour la philosophie actuelle.

Notes

1 Voir J. Searle, Consciousness and Language, Cambridge, CUP, 2002, p. 22 ss. et 43.

To cite this article

Arnaud Dewalque & Denis Seron, «Quelques réflexions introductives», Bulletin d'Analyse Phénoménologique [En ligne], Numéro 1, Volume 1 (2005), URL : https://popups.uliege.be:443/1782-2041/index.php?id=117.

About: Arnaud Dewalque

FNRS-Université de Liège

About: Denis Seron

FNRS-Université de Liège

Call for papers

Permanent call-for-papers

More info