Tropicultura

0771-3312 2295-8010

 

since 10 March 2019 :
View(s): 42 (0 ULiège)
Download(s): 0 (0 ULiège)
print
print
B.I. Gnanda, A. Wereme N’Diaye, H.O. Sanon, J. Somda & J.A. Nianogo

Rôle et place de la chèvre dans les ménages du Sahel burkinabé

(Volume 34 (2016) — fascicule 1)
Article
Open Access

Attached document(s)

original pdf file

Résumé

Une enquête formelle à passage unique a été réalisée auprès de 150 ménages du Sahel burkinabé afin d'apprécier le rôle et la place de l'élevage de la chèvre dans la vie et le fonctionnement de ces unités familiales. Les résultats de l'enquête montrent que les éleveurs du Sahel burkinabé commencent, dans la plupart des cas, par posséder d'abord une chèvre, animal très prolifique, mais avec un objectif à plus ou moins brève échéance d’acquérir les autres espèces de ruminants, notamment les bovins. Bien qu'en matière de génération de revenu monétaire, la contribution des caprins reste moindre par rapport à celle des autres ruminants (bovins, ovins), leur rôle non monétaire de premier rang dans la lutte contre la pauvreté est mis en exergue. Cela est démontré à travers la forte proportion de la population impliquée (91% de la population-cible) dans leur élevage, la place de premier ordre des caprins dans les prélèvements non commerciaux, qualifiés de sociaux, et leur positionnement en termes de capital animal de prévention de risque contre les aléas du climat pour les éleveurs. Malgré son rôle primordial, la chèvre demeure le parent pauvre des espèces de ruminants en matière de protection sanitaire et de complémentation alimentaire.

Abstract

A formal household survey was carried out in Burkina Faso with 150 Sahelian farms in order to appreciate the role and the position of goat breeding in the life and the functioning of these family units. The results of the investigation show that the Burkinabe Sahelian stockbreeders first start usually by raising a goat, because of its high prolificacy, but with the view to acquire more or less rapidly other species of ruminants, in particular cattle. Although the generation of income of goat rearing remains low compared to other ruminants (bovine, ovine); their non-monetary role in poverty alleviation is highlighted. That is shown through the large proportion of the population (91% of the target-group) implied in goat breeding, the first position of goats in the non-commercial (social) transaction, and their position in terms of risk prevention against the climatic hazards for livestock farmers. Despite its critical role, the goat remains the least favored ruminant species in regarding health protection and food supplementation.

Index by keyword : Burkinabe Sahelian goat, Monetary income, Poverty, Food safety, Burkina Faso, Animal production

To cite this article

B.I. Gnanda, A. Wereme N’Diaye, H.O. Sanon, J. Somda & J.A. Nianogo, «Rôle et place de la chèvre dans les ménages du Sahel burkinabé», Tropicultura [En ligne], Volume 34 (2016), fascicule 1, 10-25 URL : https://popups.uliege.be/2295-8010/index.php?id=2314.