since 05 February 2011 :
View(s): 2065 (11 ULiège)
Download(s): 1 (0 ULiège)
print        
Mebarek Bouchibane, Mourad Zemouri & Rachid Toumi

Contribution à l’étude de la végétation de certains massifs montagneux de la Kabylie des Babors (Nord-Est algérien).
Contribution to the study of the vegetation of some mountains to the Kabylia of Babors (Northeastern Algeria).

Article
Open Access

Attached document(s)

Version PDF originale

Résumé

Une étude floristique et phytogéographique a été éffectuée dans deux massifs montagneux de la Kabylie des Babors (Nord-Est algérien), dans l’objectif de conservation du patrimoine naturel. L’échantillonnage mené entre 2017 et 2020 au niveau des formations forestières et pré-forestières de Cèdre (Cedrus atlantica (Endl.) Carrière), de Chêne zéen (Quercus canariensis Willd.), de Chêne liège (Quercus suber L.) et des pelouses de montagne, s’est soldé par l’inventaire de 377 taxons appartenant à 246 genres et 65 familles de plantes vasculaires. L’analyse du spectre chorologique brut indique une dominance significative des espèces méditerranéennes (54,6%). L’élément endémique ou sub-endémique est bien représenté (14,6%), mais l’élément le plus remarquable est l’ensemble septentrional qui atteint 26,8% de la flore étudiée. L’analyse du spectre biologique global montre une dominance des hémicryptophytes (43,8%) sur les autres formes de vie. Cette région constitue un refuge conservatoire pour une flore d’origine septentrionale et/ou endémique.

Mots-clés : flore, phytogéographie, endémisme, zone de refuge, conservation

Abstract

A floristic and phytogeographic study was carried out in two mountain ranges in the Kabylia of Babors (North-East of Algeria), with the objective of conservation of natural heritage. The sampling carried out at the level of forest and preforest formations of Cedar (Cedrus atlantica (Endl.) Quarry), Zeen oak (Quercus canariensis Willd.), Cork oak (Quercus suber L.) and mountain grasslands between 2017 and 2020 resulted in the inventory of 377 taxa belonging to 246 genera and 65 families of vascular plants. Analysis of the chorological spectrum indicates a significant dominance of Mediterranean species (54.6%). The endemic or sub-endemic element is well represented (14.6%), but the most remarkable element is the northern whole with 26.8% of the flora studied. Analysis of the global biological spectrum showed the dominance of hemicryptophytes (43.8%) over the other life-forms. This area is an exceptional current refuge for northen and/or endemic flora.

Keywords : flora, phytogeography, endemism, refuge area, conservation

1. Introduction

1Bien que mondialement reconnu comme l’un des principaux points chauds « hotspots » de biodiversité végétale, le bassin méditerranéen demeure encore méconnu en particulier sur ses rives sud et est (Médail & Quézel, 1997 ; Véla, 2018). Cette région méditerranéenne abrite une diversité biologique de première importance (Amirouche & Misset, 2009). Elle s’individualise par de nombreuses originalités environnementales et écologiques qui confèrent à sa biodiversité une valeur patrimoniale mondiale (Daki, 2004). La région méditerranéenne figure parmi les régions les plus diversifiées du monde sur le plan floristique, avec un peu plus de 25000 espèces (Quézel, 1985). Environ 50% de ces taxons sont endémiques (Médail & Quézel, 1997) et par contre le niveau de menaces d’origine anthropique est de plus en plus considérable (Benoit & Comeau, 2005).

2Certaines régions du bassin méditerranéen constituent des centres majeurs d’endémismes (Quézel & Médail, 2003). C’est le cas de la région « Kabylies-Numidie-Kroumirie » (Véla & Benhouhou, 2007) sur la rive sud de la méditerranée, qui habrite de nombreuses zones importantes pour les plantes, dont la Kabylie des Babors fait partie (Yahi et al., 2012 ; Benhouhou et al., 2018). Cette zone de la Kabylie des Babors (Nord-Est algérien), est l’une des régions les plus remarquables par sa richesse et l’originalité de sa flore (Quézel, 1956 ; Maire, 1926) de part des conditions climatiques exceptionnelles, associées à une topographie très accidentée.

3Parmi les travaux consacrés à la flore de la région de la Kabylie des Babors, on note ceux de : Battandier (1888-1890), Battandier & Trabut (1895), Lapie (1914), Quézel (1956) et Gharzouli (2007). Malgré la grande richesse florisitique de ce secteur biogéographique, la biodiversité végétale de certaines localités reste encore moins connue (Chelli-Tabti et al., 2020). Les explorations récentes menées dans la région de la Kabylie des Babors, notamment dans diverses formations forestières en hautes montagnes, ont délivré d’importantes découvertes floristiques. C’est le cas de la récente découverte d’une d’orchidée nouvelle pour la flore d’Algérie et d’Afrique du Nord, Epipactis microphylla (Ehrh.) Sw. Au mont Babor (Bougaham et al., 2020) et d’une fougère Christella dentata Forssk. (Rebbas et al., 2019).

4Si certains djebels (montagnes) de la Kabylie des Babors, ont fait l’objet d’études récentes telles que les monts de Tababort, Babor (Gharzouli, 2007), Sidi-Djaber et Adrar N’fad (Bouchibane et al., 2017), d’autres massifs comme celui d’Agouf (1120 m alt.) et le massif Adrar Ou-Mellal (1773 m alt.) n’ont pas été récemment explorés. Les études floristiques réalisées dans ces massifs, remontent à très longtemps (Quézel, 1956 ; Quézel & Santa, 1962-1963).

5Cette étude s’inscrit dans la continuité des études réalisées récemment dans cette région pour actualiser et affiner les connaissances floristiques et phytogéographiques de ce vaste territoire (Kabylie des Babors), en particulier dans les massifs montagneux d’Agouf et d’Adrar Ou-Mellal, et pour évaluer les menaces qui pèsent sur elles ; autant de paramètres importants à la réflexion et à la mise en place de mesures visant leur conservation, protection et valorisation. L’une des finalités de cette étude est également d’évoquer l’intérêt patrimonial de quelques taxons endémiques et /ou rares de cette région des Babors.

2. Matériel et méthodes

2.1. Site d’étude

6La chaine des Babors se situe entre le littoral de Bejaia au nord, et les plaines Sétifiennes au sud. À l’ouest elle est limitée par la vallée de la Soummam, à l’est par une ligne qui va d’El Aouana à Oued Djendjen, et au sud par Texenna (Figure 1).

Image 100002010000038700000262A99313E4646AF4F9.png

Figure 1 : Carte schématique de la localisation géographique de la zone d’étude. (Coordonnée du point central de la carte : 36°38’N/5°17’E)

7Cette région est constituée de djebels organisés en chaînons sensiblement parallèles (Duplan, 1952). Cette étude concerne les massifs de moyennes altitudes, formés par le djebel Agouf (1120 m) au nord et le djebel Adrar Ou-Mellal (1773 m) plus au sud. Le djebel Agouf est constitué de calcaires liasiques, alors que le massif Adrar Ou-Mellal est formé par les calcaires dolomités et minéralisés du Lias inférieur surmontés par les calcaires du Lias moyen qui forment les crêtes (Duplan, 1952).

8Les précipitations et les températures des massifs étudiés sont obtenues par extrapolation à partir des données relevées de la station météorologique de Kherrata (470 m d’altitude) sur une période de 15 ans (1996 - 2010). Cette extrapolation a été faite grâce à une méthode de correction proposée par Seltzer (1946) qui a déterminé pour les précipitations un gradient de 40 mm pour 100 m de dénivelé. L’abaissement des températures pour une élévation de 100 m d’altitude est de 0,7 °C pour les maximales et de 0,4 °C pour les minimales (Seltzer, 1946). De ce fait, les précipitations moyennes annuelles sont estimées à 1415,8 mm au sommet du massif d’Adrar Ou-Mellal et à 1154,6 mm au sommet du djebel Agouf (Tableau 1). Les températures maximales du mois le plus chaud sont estimées à 25,1 °C au sommet du massif d’Adrar Ou-Mellal (1773 m) et à 29,6 °C au sommet du djebel Agouf (1120 m), alors que celles des minima du mois le plus froid sont estimées à 1,4 °C et à -1,2 °C pour le djebel Agouf et le djebel Adrar Ou-Mellal respectivement (Tableau 1). Le Djebel Adrar Ou-Mellal (1773 m) appartient ainsi à l’étage bioclimatique per-humide à hiver froid (sensu Emberger, 1955), par contre, le djebel Agouf (1120 m) appartient à l’étage bioclimatique humide à hiver frais (sensu Emberger, 1955). La durée de la période sèche (période de l’année ou la somme des précipitations est inférieure à deux fois la moyenne des températures : P < 2T) estimée inférieure à 3 mois et la fréquence du brouillard au niveau des versants de ces massifs, surtout durant la période estivale, atténuent l’intensité de la sécheresse dans ces massifs.

Tableau 1 : Données climatiques dans la région d’étude (station météorologique de Kherrata et formules d’extrapolation selon Seltzer 1946). Alt. (altitude) ; P (cumul des précipitations annuelles) ; m (moyenne des minima du mois le plus froid) ; M (moyenne des maxima du mois le plus chaud) ; Q (indice climatique d’Emberger) ; EB (étages bioclimatiques sensu Emberger, 1955).

Localité

Alt. (m)

P (mm)

M (°C)

m (°C)

Q

EB

Kherrata

470

894,6

34,2

4,0

101,6

Sub-humide

Agouf

1120

1154,6

29,6

1,4

140,4

Humide

Adrar Ou-Mellal

1773

1415,8

25,1

-1,2

184,6

Per-humide

9La Kabylie des Babors, appartient au domaine méditerranéen Nord-africain (Quézel, 1978). Ce domaine méditerranéen Nord-Africain comprend plusieurs secteurs, eux-mêmes subdivisés en districts. Toute la partie nord se situe dans le secteur numidien, au niveau du district de petite Kabylie (Maire, 1926 ; Quézel & Santa, 1962-1963).

2.2. Méthodologie

10Des relevés phytoécologiques ont été éffectués au niveau des formations forestières et préforestières de Cèdre (Cedrus atlantica (Endl.) Carrière), de Chêne zéen (Quercus canariensis Willd.), de Chêne liège (Quercus suber L.) et des pelouses de montagne, selon un échantillonnage systèmatique afin d’établir une liste globale des espèces. L’échantillonnage s’étale du mois de mars 2017 au mois de juin 2020. 90 relevés ont été réalisés sur une surface variable dite « aire minimale » (Gounot, 1969), allant de 40 m2 pour les pelouses à 80 m2 pour les matorrals et jusqu'à 280 m2 en contexte forestier. Des spécimens d’herbier ont été récoltés pour validation ainsi que des prises de photos. Ces spécimens d’herbier sont déposés au laboratoire de Recherche en Écologie et Environnement de l’Université de Bejaia. L’identification des taxons a été faite à l’aide des flores de Battandier (1888-1890), Battandier & Trabut (1895), Maire (1952–1987) et Quézel & Santa (1962-1963). La nomenclature retenue a été actualisée selon Dobignard & Chatelain (2010-2013) et l’African Plant Database (APD, 2021). Sur le plan phytogéographique, notre travail fait référence aux indications de Pignatti (1982), Jeanmonod & Gamisans (2007), Fennane et al. (2014) and the Euro+Med Plant Base (2006-2021). L’information sur les espèces endémiques est issue de Dobignard & Chatelain (2010-2013). Les types biologiques (sensu Raunkiaer, 1934) des différents taxons ont été décrits à partir d’observations de terrain et des ouvrages de Pignatti (1982), Gharzouli (2007), Jeanmonod & Gamisans (2007) et de Fennane et al. (2014). La liste des espèces menacées présentes sur le site a été réalisée sur la base de critères de rareté établis par Quézel & Santa (1962-1963) et de vulnérabilité à l’échelle globale établis par l’Union Internationale de la Conservation de la Nature en 1997 (Walter & Gillett, 1998). La liste rouge produite permet de mettre en évidence les taxons à plus haut risque d’extinction et de définir les priorités dans les politiques de sauvegarde et de conservation de la biodiversité végétale. Nous avons aussi considéré comme espèces d’intérêt patrimonial les espèces protégées par le Décret n° 03-12/12-28 complétant la liste des espèces végétales non cultivées protégées en Algérie (J.O.R.A. 2012).

3. Résultats

3.1. Diversité floristique

11La liste floristique obtenue sur les 90 placettes, comprend 65 familles de plantes vasculaires (phanérogames et cryptogames vasculaires), 246 genres et 377 taxons. Chaque relevé compte en moyenne 25 taxons. Sur les 90 relevés effectués, 55 ont été réalisés au massif Adrar Ou-Mellal et 35 au djebel Agouf. Les familles les mieux représentées sont les Asteraceae avec 44 taxons et 36 genres, suivies par les Fabaceae (35 taxons et 20 genres), les Poaceae (33 taxons et 25 genres), les Orchidaceae (21 taxons et 9 genres), les Lamiaceae (20 taxons et 15 genres), les Apiaceae (18 taxons et 16 genres) et les Caryophyllaceae (16 taxons et 10 genres). Ces sept familles représentent à elles seules 49,6% de la flore analysée. 16 familles sont représentées par un seul taxon. L’ensemble des espèces inventoriées est repris en annexe.

3.2. Spectre chorologique

12L’analyse du spectre chorologique global (Tableau 2), indique que la flore analysée appartient à plusieurs ensembles phytogéographiques. Le mieux représenté est l’ensemble méditerranéen avec 206 taxons, soit 54,6% de la flore répertoriée, ce qui correspond à 52 (80,0 %) familles. Les mieux représentées sont les Asteraceae (30 taxons), suivies par les Fabaceae (28 taxons), les Poaceae (15 taxons), les Lamiaceae (12 taxons), les Rosaceae et les Apiaceae avec 8 taxons chacune.

13L’ensemble septentrional (nordique) arrive en seconde position avec ses 101 taxons (26,8%). 42 familles (64,6%) présentent des espèces nordiques. Les plus riches sont les Poaceae avec 12 taxons, suivies par les Rosaceae et les Brassicaceae avec 7 taxons chacune, suivies par les Orchidaceae avec 6 taxons, suivies par les Fabaceae et les Asteraceae (5 taxons).

14L’ensemble endémique occupe la troisième place avec 55 taxons endémiques régionaux (Tableau 3) : 14 taxons endémiques algériens stricts (3,7%), 13 endémiques algéro-tunisiens (3,5%), 10 endémiques algéro-marocains (2,7%) et 18 endémiques nord-africaines (4,8%), soit 14,6% de la flore inventoriée. 24 familles (36,9%) présentent des taxons endémiques et les Asteraceae sont les mieux représentées avec 7 endémiques, les Apiaceae (6 endémiques), les Lamiaceae, les Orchidaceae et les Caryophyllaceae avec 5 endémiques chacune, suivie par les Primulaceae avec 3 endémiques. Enfin, l’ensemble à large répartition est représenté seulement par 15 taxons, soit 4,0% de la flore recensée, appartenant à douze familles. Les cosmopolites et les subcosmopolites comptent 10 taxons (2,7%). Par contre, le sous-élément tropical est représenté par 5 espèces (1,3%).

Tableau 2 : Spectre chorologique global.

Ensemble chorologique

Nombre d’espèces

Proportion (%)

Méditerranéen

Stenoméditerranéen

Euryméditerranéen

Méditerranéen-montagnard

Atlantique-Méditérranéen

Méditerranéen-Touranien

Méditerranéenne S.S

Oro- Méditerranéenne

Méditerranéen-asiatique

206

76

55

09

13

04

39

09

01

54,6

20,2

14,6

2,4

3,4

1,1

10,3

2,4

0,3

Septentrional

Eurasiatique

Paléotempéré

Européen

Europe-Caucase

Boréal

Circumboréal

Europe-Sibérie

Atlantique

101

40

23

20

03

07

05

02

01

26,8

10,9

6,1

5, 3

0,8

1,9

1,3

0,5

0,3

Endémique

Endémiques algériennes strictes

Endémiques algéro-tunisiennes

Endémiques algéro-marocaines

Endémiques Nord-Africaines

55

14

13

10

18

14,6

3,7

3,5

2,7

4,7

Large répartition

Cosmopolite et subcosmopolite

Tropical et subtropical

15

10

5

4,0

2,7

1,3

Tableau 3 : Espèces endémiques observées au niveau des massifs étudiés.

Taxons

Endémisme

Taxons

Endémisme

Ammoides atlantica (Coss. & Durieu) H. Wolff.

End Alg

Epimedium perralderianum Coss.

End Alg

Androrchis patens (Desf.) D. Tyteca & E. Klein.

End Alg-Tun

Erodium battandieranum Rouy

End Alg

Androrchis pauciflora subsp. laeta (Steinh.) Véla, Rebbas & R. Martin

End Alg-Tun

Fritillaria oranensis Pomel

End N.Afr.

Arabis pubescens (Desf.) Poir.

End N.Afr.

Geranium atlanticum Boiss. & Reut.

End N.Afr.

Bromopsis erecta subsp. microchaeta (Font Quer) H. Scholz & Valdés

End Alg-Mar

Hedera algeriensis Hibberd.

End Alg-Tun

Bupleurum montanum Coss.

End Alg-Mar

Helianthemum helianthemoides (Desf.) Grosser

End N.Afr.

Carthamus multifidus Desf

End N.Afr.

Heracleum sphondylium L. subsp. algeriense (Batt. & Trab.) Dobignard

End Alg

Campanula trachelium L. subsp. mauritanica (Pomel) Quézel

End Alg-Mar

Hieracium pseudopilosella (Ten.) Sojak

End N.Afr.

Catananche montana Coss.

End Alg-Mar

Hippocrepis atlantica Ball

End Alg-Mar

Cedrus atlantica (Endl.) Carriere

End Alg-Mar

Iberis atlantica (Litard.& Maire) Greuter & Burdet

End Alg-Mar

Cerastium atlanticum Durieu

End N.Afr.

Iris inguicularis Poir.

End Alg-Tun

Conopodium glaberimum (Desf.) Engstrand.

End N.Afr.

Knautia mauritanica Pomel

End N.Afr.

Coronilla valentina L. subsp. speciosa (Uhrova) Greuter & Burdet

End Alg

Linaria virgata Desf. subsp. algeriensis Murb.

End Alg-Tun

Cyclamen africanum Boiss. & Reut.

End Alg-Tun

Plagius maghrebinus Vogt & Greuter

End N.Afr.

Cynosurus balansae Coss. & Durieu

End Alg-Mar

Lonicera kabylica Rehder

End Alg

Doronicum plantaginum subsp. atlanticum (Chabert) Rouy.

End N.Afr.

Lysimachia cousiniana Coss.

End Alg-Tun

Moehringia stellarioides Coss.

End Alg

Sedum multiceps Coss. & Durieu

End Alg

Ophrys battandieri G. Camus

End N.Afr.

Sedum pubescens Vahl.

End Alg-Tun

Ophrys numida Devillers-Tersch. & Devillers

End Alg-Tun

Senecio perralderianus Coss. & Durieu

End Alg

Origanum vulgare L. subsp. glandulosum (Desf.) Letswaart

End Alg-Tun

Selinopsis montana Coss. & Durieu ex Batt.

End Alg-Tun

Paeonia mascula (L.) Mill. subsp. atlantica (Cosson.) Greuter & Burdet

End Alg

Silene atlantica Coss. & Durieu

End Alg-Tun

Paronychia arabica subsp. aurasiaca (Coss.) Batt.

End N.Afr.

Silene choulettii Coss.

End Alg

Patzkea durandoi (Clausson) G. H. Loos.

End N.Afr.

Taraxacum inaequilobum Pomel

End N.Afr.

Phlomis bovei de Noé

End Alg-Tun

Teucrium atratum Pomel

End Alg

Pimpinella battandieri Chabert

End Alg

Thymus algériensis Boiss. & Reut.

End N.Afr.

Primula acaulis L. subsp. atlantica (Maire & Wilczek) Greuter & Burdet

End Alg-Mar

Thymus dreatensis Batt.

End Alg

Ranunculus spicatus subsp.  maroccanus (Coss.) Greuter & Burdet

End Alg-Mar

Dactylorhiza munbyana (Boiss. & Reut.) Aver.

End N.Afr.

Viola mumbyana Boiss. & Reut.

End N.Afr.

3.3. Spectre biologique global

15L’analyse du spectre biologique brut (Tableau 4) révèle que les hémicryptophytes sont prédominantes sur les autres formes de vie avec 165 taxons (43,8%), suivies par les thérophytes avec 86 espèces (22,8%). Les géophytes se positionnent à la troisième place avec 51 espèces (13,5%). Les phanérophytes et les chaméphytes sont représentés respectivement par 48 taxons (12,7%) et 27 taxons (7,2%).

Tableau 4 : Spectre biologique global.

Types biologiques

Nombre d’espèces

Proportion (%)

Hémicryptophytes

Thérophytes

Géophytes

Phanérophytes

Chaméphytes

165

86

51

48

27

43,8

22,8

13,5

12,7

07,2

3.4. Les espèces rares et menacées

16La flore analysée est composée de 114 (30,2%) espèces rares sensu Quézel & Santa (1962-1963), dont 10 très rares, 64 rares et 40 assez rares. Parmi ces taxons rares, 24 sont endémiques, 45 sont des espèces septentrionales, 44 sont des taxons méditerranéens et une espèce de l’élément large répartition. La liste rouge 1997 de l’UICN (Walter & Gillett, 1998), comporte 64 espèces algériennes rares et menacées, parmi elles, 10 sont présentes dans nos relevés (Tableau 5), soit 15,6%. En outre, 29 taxons inventoriés se retrouvent sur la liste des espèces végétales non cultivées et protégées (D.E. 2012).

Tableau 5 : Liste des espèces rares, menacées et protégées de la forêt des massifs étudiés d’après les données bibliographiques (Quézel & Santa, 1962-63 ; Décret exécutif (D.E. 2012). U.I.C.N., 1997 (Walter & Gillett, 1998). E : en danger, V : vulnérable. AR : Assez rare, R : Rare, RR : Très rare. AC : Assez commun.

Taxons

Quézel & Santa

(1962-1963)

D.E. (2012)

UICN (Walter & Gillet, 1998)

Acer obtusatum Waldst. & Kit.

R

Protégé

Anacamptis coriophora subsp. fragrans (Pollini). R.M. Bateman, Pridgeon & M.W. Chase

AC

Protégé

Anacamptis morio subsp.  longicornu (Poir.) H. Kretzschmar, Eccarius & H.Dietr.

R

Protégé

Anacamptis papilionacea (L.) R.M. Bateman, Pridgeon & M.W. Chase

AR

Protégé

Androrchis olbiensis (Reut. ex Gren.) D. Tyteca & E. Klein.

AR

Protégé

Androrchis patens (Desf.) D. Tyteca & E. Klein.

AR

Protégé

Campanula trichocalycina Ten.

R

Protégé

Cedrus atlantica (Endl.) Carrière

AC

Protégé

Cyclamen africanum Boiss. & Reut.

AC

Protégé

Epimedium perralderianum Coss.

RR

Protégé

E

Erodium battandieranum Rouy

R

Protégé

R

Helianthemum helianthemoides Desf.

RR

Protégé

Juniperus phoenicea L. subsp. turbinata (Guss.) Arcang.

AC

Protégé

Lonicera kabylica (Batt.) Rehder

R

Protégé

R

Lysimachia cousiniana Coss & Durieu

AC

Protégé

Moehringia stellarioides Coss.

R

Protégé

R

Orchis purpurea Huds. subsp. purpurea

R

Protégé

Phlomis bovei De Noé

R

Protégé

R

Pimpinella battandieri Chabert

R

Protégé

R

Primula acaulis subsp. atlantica (Maire & Wilczek) Greuter & Burdet

R

Protégé

Sedum multiceps Coss. & Durieu

R

Protégé

R

Selinopsis montana Coss. & Durieu ex Batt.

AR

Protégé

R

Sorbus aria Crantz

R

Protégé

Sorbus torminalis (L.) Crantz

R

Protégé

Taxus baccata L.

AR

Protégé

Teucrium atratum Pomel

R

Protégé

R

Thymus dreatensis Batt.

R

Protégé

V

Viburnum lantana L.

RR

Protégé

Total des taxons

27

29

10

4. Discussion

4.1. Diversité floristique

17Le nombre de taxons recensé (377 espèces et sous espèces) est important, mais n’est pas exhaustif des massifs étudiés, car certains endroits d’accès très difficile n’ont pas été explorés. Ce nombre de taxons (377) représente 12,0% de la flore d’Algérie du nord estimée à 3150 taxons par Médail & Quézel (1997). Il est inférieur à ceux donné par Meddour (2010) pour les groupements forestiers et préforestiers de la Kabylie Djurdjureenne (500 taxons) et par Messaoudene et al. (2007) pour la forêt d’Akfadou (435 taxons), mais supérieur à celui obtenu par Bouchibane et al. (2017) pour les massifs forestiers de Kéfrida (332 taxons).

18Les familles telles que les Asteraceae, les Fabaceae et les Poaceae sont bien représentées dans cette présente étude. Elles occupent la première position quant à leur richesse spécifique et générique et figurent parmi les plus grandes familles de la planète (Craven, 2009). La famille des orchidées occupe la quatrième place dans cette présente étude avec 21 taxons. Cette richesse en orchidées est due au fait que les massifs étudiés comportent un grand nombre de milieux préforestiers et ouverts (pelouses) qui offrent aux orchidées l’abri, l’humidité et la lumière, conditions écologiques favorables pour un bon nombre d’espèces d’orchidées. Ces résultats, que ce soit pour les genres ou les espèces, confirment les observations réalisées par Bouchibane et al. (2017) sur les massifs forestiers voisins de Kéfrida (Nord-est algérien).

4.2. Chorologie et endémisme

19Une étude phytogéographique constitue une base essentielle à toute tentative de conservation de la biodiversité (Quézel, 1999). Dans cette présente étude, l’élément méditerranéen est le mieux représenté avec un peu plus de 54% de la flore étudiée. Ce pourcentage est supérieur à ceux donné par Messaoudene et al. (2007) pour la forêt d’Akfadou avec 41% des espèces recensées et par Larbi (2014) pour la Cédraie de Tikjda (42,6%), mais inférieur à celui indiqué par Bouchibane et al. (2017) pour les massifs montagneux de Kéfrida (61,7%). Certains taxons de cet ensemble méditerranéen sont très rares sur le terrain, c’est le cas d’Acer monspessulanum L. subsp. martini (Jord) P. Four. ; Erinacea anthyllis Link. ; Kickxia lanigera (Desf.) Hand. – Mazz. ; Physospermum verticillatum (Waldst & Kit.) vis ; Ruscus aculeatus L. et Scuttelaria columnae All. Ces taxons semblent être cantonnés exlusivement sur les versants nord du djebel Adrar Ou-Mellal dans un milieu forestier très humides à l’abri de la lumière.

20La proportion des taxons appartenant au sous-élément oro-méditerranéen est important. Nous avons rencontré 9 taxons (tableau 2) sur les 29 signalés par Quézel & Santa (1962-1963), soit 31,0% des oro-méditerranéen d’Algérie se retrouvent dans cette zone.

21Selon Maire (1928), l’élément nordique s’est introduit en Afrique du Nord lors des périodes humides plus anciennes que le quaternaire à travers deux voies de migrations, une voie Ibérique (pont amalour-rifain) et une voie italienne (pont Sicilio-tunisien).

22Le nombre de taxons appartenant à l’élément nordique (septentrional) est appréciable avec 101 espèces (26,8%). Ce pourcentage est supérieur à ceux avancé par Gharzouli & Djellouli (2005) pour le sud de la Kabylie des Babors (22%), par Larbi (2014) pour la cedraie de Tikjda (19,7%) et par Bouchibane et al. (2017) pour les massifs montagneux de Kéfrida (23,8%). La plupart des espèces appartenant à cet élément nordique seraient installées, vraisemblablement, à la faveur d’un climat humide et rafraîchi correspondant aux phases glaciaires pléistocènes. Celles dont l’installation remonte aux périodes préglaciaires, notamment au Pliocène, ont pratiquement disparu, mis à part quelques vestiges (Quézel, 1983 & 1995). Les modifications climatiques ultérieures ont entrainé la disparition de la plupart de ces espèces. Celles qui restent se limitent actuellement aux montagnes bien arrosées et aux zones humides (Maire, 1928 ; Quézel, 1995). Parmi les espèces de l’élément septentrional, Orchis purpurea Huds. subsp. purpurea. Cette orchidée rare figure dans un seul relevé effectué au massif Agouf à 970 m. d’altitude avec seulement 4 individus dans un maquis dominé par Calycotome spinosa (L.) Lam. et Ampelodesmos mauritanicus (Poir.) T. Durand. & Schinz. Ce taxon n’a jamais été signalé auparavant en Kabylie des Babors.

23Les massifs étudiés comptent 55 taxons endémiques régionaux, soit 14,6% de la flore inventoriée, représentant ainsi 11,9% des endémiques d’Algérie du nord estimée à 464 taxons par Dobignard & Chatelain (2010-2013). Ce pourcentage d’endémisme (14,6%) est supérieur à ceux donné par Rebbas (2014) pour le Parc national de Gouraya (5,6%), par Bounar (2014) pour le Parc national de Taza (11,3%) et par Bouchibane et al. (2017) pour les massifs montagneux de Kéfrida (11,1%), mais comparable à celui indiqué par Gharzouli (2007) pour les massifs les plus méridionaux de la Kabylie des Babors (15,1%). Le nombre d’espèces endémiques à répartition restreinte (endémiques strictes) est de 10 (3%) pour les massifs de Kéfrida (Bouchibane et al. 2017), 14 (3,3%) pour le Parc national de Taza (Bounar, 2014) et de 6 (1,2%) pour le Parc national de Gouraya (Rebbas, 2014). Quant à nos massifs étudiés, ils comptent 14 (3,7%) taxons endémiques à répartition restreinte. En région méditerranéenne, la richesse régionale en endémisme est due principalement à l’existence de nombreuses zones de persistance des espèces pendant les glaciations (Médail & Diadema, 2009).

24Trois espèces endémiques recensées sont propre à la Kabylie des Babors : Epimedium perralderanium Coss. ; Erodium battandieranum Rouy ; Moehringia stellarioides Coss.

25Parmi les taxons endémiques que nous avons inventoriés, Cyclamen africanum Boiss. & Reut. ; Epimedium perralderanium Coss. ; Paeonia mascula (L.) Mill. subsp. atlantica (Cosson.) Greuter & Burdet ; Phlomis bovei De Noé sont bien représentés sur le terrain. Ces taxons semblent trouver là des conditions favorable à leur épanouisement.

26Certaines espèces endémiques signalées dans la bibliographie ancienne (Quézel, 1956 ; Quézel & Santa, 1962-1963) pour la Kabylie des Babors, n’ont pas été observé, tels que, Dactylorhiza maculata subsp. Battandieri (Raynaud) Baumann & Kunkele ; Cyclamen repandum Sm. ; Silene reverchoni Batt. Ces trois taxons sont aussi absents des inventaires floristiques effectués récemment dans la région de la Kabylie des Babors (Gharzouli & Djellouli, 2005 ; Gharzouli, 2007). Il est probable que les changements climatiques de ces dernières années ont des effets néfastes sur ces taxons devenus rarissime, ils seraient à rechercher dans les endoits d’altitudes les plus inaccessibles à l’homme et à son bétail.

27Les espèces appartenant à l’ensemble à large répartition correspondent à des éléments de transition entre l’ensemble méditerranéen et les ensembles chorologiques voisins (Bounar, 2014). Les espèces de cet ensemble sont au nombre de 15, soit 4,0% de la flore analysée. Ce pourcentage est comparable à ceux avancé par Gharzouli & Djellouli (2005) pour le sud de la Kabylie des Babors (3%) et par Bouchibane et al. (2017) pour les massifs montagneux de Kéfrida (3,3%). Parmi elles, les cosmopolites et les subcosmopolites qui sont faiblement représentés avec seulement 10 espèces. Ce faible taux s’explique par le fait que l’échantillonnage a concerné uniquement les forêts d’altitude où la pression anthropozoïque, particulièrement l’activité agricole, est moins forte que sur les bas de versants (Gharzouli, 2007). Les espèces tropicales sont très faiblement représentées dans cette présente étude avec 1,3% de la flore étudiée.

4.3. Types biologiques

28Les massifs étudiés sont dominés par les hémicryptophytes (43,8%). Ce pourcentage des hémicryptophytes est comparable à celui obtenu par Larbi (2014) pour la Cédraie de Tikjda (45%). La dominance des hémicryptophytes peut être expliquée par la pluviosité et le froid qui règne surtout en hiver (Floret et al., 1990), mais aussi par les hautes altitudes et la richesse du sol en matière organique (Kazi Tani et al., 2010). Il semblerait que les précipitations et la couverture végétale favorisent le développement des hémicryptophytes (Bouchibane et al., 2017) ; ajoutons à cela l’importance des mycorhizes dans le sol (Whigham, 2004).

29Les thérophytes occupent la deuxième place avec 86 espèces (22,8%). Ce pourcentage est inférieur à ceux indiqué par Gharzouli (2007) pour les massifs du sud de la Kabylie des Babors (29%) et par Rebbas (2014) pour le Parc National de Gouraya (37,3%), mais comparable à ceux avancé par Bouchibane et al. (2017) pour les massifs montagneux de Kéfrida (22,5%) et par Larbi (2014) pour la Cédraie de Tikjda (23%). Le surpâturage et les incendies répétés observés sur le terrain surtout durant la saison estivale conduisant à la dégradation de la couverture végétale, ce qui favorise l’apparition des thérophytes. Les géophytes sont représentés par 51 taxons (13,5%). Ils ne présentent pas une tendance particulière, mais ils semblent avoir une préférence pour les milieux ouverts, notamment les matorrals et les pelouses de montagnes.

30Les phanérophytes sont représentés par 48 espèces (12,7%). Ces plantes, bien plus résistantes que les autres types biologiques, sont constituées essentiellement d’arbustes perennes, des arbres sclérophylles et des lianes. Verlaque et al. (2001) soulignent que la position priviligiée des phanérophytes repose sur une stratégie optimale de compétition : grande taille, longivité, bon semencier, en général allogamie. Malgré leur faible diversité spécifique, elles dominent parfois par leur recouvrement et jouent de ce fait un rôle déterminant dans la mise en place d’un cortège floristique spécifique aux milieux forestiers (Lecompte-Barbet, 1975).

31Les chaméphytes se présentent en faibles proportions avec seulement 27 taxons, soit 7,2% de la flore étudiée. Ce pourcentage est comparable à celui avancé par Messaoudene et al. (2007) pour la forêt d’Akfadou (8%). Les chaméphytes seraient bien adaptées au phénomène d’aridification des sols, car ils peuvent développer diverses formes d’adaptation à la sécheresse, se traduisant par la réduction de la surface foliaire et par le développement d’un puissant système racinaire (Floret et al., 1990). Selon Kadi-Hanafi (2003), le nombre de chaméphytes progresse avec l’aridité et l’ouverture du milieu.

4.4. Rareté et valeur patrimoniale

32Les espèces rares sont considérées comme ayant une faible abondance et/ou une aire de répartition restreinte (Rebbas, 2014). La flore analysée compte 114 (30,2%) espèces rares s.l. Ce pourcentage (30,2%) est supérieur à celui donné par Rebbas (2014) pour le Parc National de Gouraya (11,2%), mais comparable à ceux avancé par Bounar (2014) pour le Parc national de Taza (27%) et par Bouchibane et al. (2017) pour les massifs montagneux de Kéfrida (32,2%). Les espèces recensées, comme Epimedium perralderianum Coss. (10% des relevés) ; Erodium battandieranum Rouy (5,6% des relevés) ; Lonicera kabylica Rehder (3,3% des relevés) ; Moehringia stellarioides Coss. (2,2% des relevés) ; Phlomis bovei De Noé (14,4% des relevés) ; Pimpinella battandieri Chabert (3,3% des relevés) ; Sedum multiceps Coss. & Durieu (6,7% des relevés) ; Selinopsis montana Batt. (5,6% des relevés) ; Teucrium atratum Pomel (2,2% des relevés) et Thymus dreatensis Batt. (4,4% des relevés) sont à la fois endémiques et rares. Ces dix taxons figurent aussi sur la liste rouge de l’UICN 1997 (Walter & Gillett, 1998) dont un avec un statut en danger (Epimedium perralderianum Coss.) et l’autre vulnérable (Thymus dreatensis Batt.).

33Les massifs étudiés comptent onze taxons figurant sur la liste des espèces déterminantes (trigger species) pour l’Algérie (Yahi et al., 2012) à savoir : Dactylorhiza munbyana (Boiss. & Reut.) Aver. ; Epimedium perralderianum Coss. ; Erodium battandieranum Rouy ; Heracleum sphondylium L. subsp. algeriense (Batt. & Trab.) ; Lonicera kabylica (Batt.) Rehder ; Moehringia stellarioides Coss. ; Paeonia mascula (L.) Mill. subsp. atlantica (Coss.) Greuter & Burdet ; Phlomis bovei De Noé ; Scuttelaria columnae All. ; Sedum multiceps Coss. & Durieu ; Silene choulettii Coss.

34Ce nombre d’espèces déterminantes (11) est comparable à celui obtenu par Bouchibane et al. (2017) pour la forêt de Kéfrida avec 12 espèces, mais supérieur à celui donné par Miara et al. (2017) pour la flore de l’Atlas tellien occidental de Tiaret (Nord-Ouest algérien) avec 4 espèces. Pour Viburnum lantana L. le massif d’Adrar Ou-Mellal, en constitue une nouvelle station, la plus proche connue, étant celle du mont Babor.

35Certaines espèces recensées comme Limodorum arbortivum (L). Sw. ; Potentilla caulescens L. ; Lysimachia cousiniana Coss. & Durieu ne figurent guère dans les inventaires réalisés récemment (Gharzouli & Djellouli, 2005 ; Gharzouli, 2007 ; Bouchibane et al., 2017) au niveau des autres massifs de la région des Babors (Tababort, Babor, Sidi-Djaber et Adrar N’fad). Il semblerait que le massif d’Adrar Ou-Mellal, soit leur unique station dans la région des Babors.

36Les documents inhérents aux espèces rares et menacées (Walter & Gillet, 1998 ; D. E 2012) nous semblent incomplets, un inventaire le plus exhaustif possible de la flore algérienne reste à faire. Des espèces très rares, localisées uniquement dans les massifs étudiés et zones limitrophes, ne figurent pas sur la liste des espèces protégées (Tableau 5). Nos observations sur le terrain nous amènent à proposer une liste de 8 taxons à faire bénéficier de mesures de protection : Acer monspessulanum L. subsp. martini (Jord.) P. Fourn. ; Heracleum sphondylium L. subsp. algeriense (Batt. & Trab.) Dobignard ; Physospermum verticillatum (Waldst. & Kit.) Vis. ; Plagius maghrebinus Vogt & Greuter ; Scutellaria columnae All. ; Silene choulettii Coss. ; Stellaria holostea L. ; Veronica montana L.

4.5. Menaces et mesures de conservation

37La forêt des massifs étudiés révèle une dégradation préoccupante. En effet, les activités anthropiques, surtout les incendies de forêts, le tourisme de masse, le surpâturage et l’exploitation anarchique des espèces connues pour leurs vertus thérapeutiques (Ajuga iva (L.) Schreber ; Origanum vulgare subsp. glandulosum (Desf.) Letswaart) portent un sérieux préjudice à cette richesse floristique. Une autre situation inquiétante a été observée au niveau du massif d’Adrar Ou-Mellal (1773 m) qui est le dépérissement que connaissent certains peuplements de cèdres. D’après Sarmoum et al. (2019), les précipitations moins importantes, les températures de plus en plus élévées, et ainsi que l’âge avancé des arbres sont les principales causes de ce phénomène.

38Pour faire face à cette problématique et garder l’intégrité écologique de cette flore, une stratégie intégrée de conservation de la biodiversité doit être mise en place. Cette stratégie doit se focaliser en premier lieu sur les essences forestières qui par leur unicité constituent la charpente essentielle de cet écosystème naturel. Il s’agit en particulier du Cèdre (Cedrus atlantica (Endl.) Carrière), du Chêne Zéen (Quercus canariensis Willd.) et du Chêne liège (Quercus suber L.). En effet, ces arbres constituent les principales formations forestières des massifs étudiés et hébergent dans leurs cortèges floristiques plusieurs espèces endémiques ou/et rares comme Epimedium perralderianum Coss. ; Erodium battandieranum Rouy ; Moehringia stellarioides Coss. ; Physospermum verticillatum (Waldst & Kit.) vis ; Thymus dreatensis Batt. Ces espèces trouvent ici leur unique station en Algérie, auxquelles une attention toute particulière doit être accordée.

5. Conclusion

39Les conditions climatiques qui prédominent en Kabylie des Babors en général et au sein des massifs étudiés en particulier, et le relief très accidenté ont permis le maintient d’une flore riche et diversifiée avec près de 400 taxons inventoriés dans les massifs analysés (Agouf et Adrar Ou-Mellal). Cette étude a permis la découverte de nouvelles stations pour Orchis purpurea Huds. subsp. purpurea et Viburnum lantana L. Cet inventaire nous a permis aussi de renforcer et compléter les connaissances sur la flore locale et d’apporter plus d’information sur le plan de la distribution géographique de certains taxons. En outre, les deux massifs étudiés comportent six taxons remarquables qui ne sont pas représentés sur les autres massifs du secteur des Babors.

40L’analyse du spectre chorologique brut montre une dominance de l’élément méditerranéen (54,6%), suivie par l’ensemble septentrional (26,8%). L’ensemble endémique régional est assez bien représenté avec 14,6% des espèces répertoriées. Les types biologiques des massifs étudiés sont dominés par les hémicryptophytes (43,8%). De plus, ces massifs comptent onze taxons figurant sur la liste des espèces déterminantes pour l’Algérie.

41Le classement des massifs étudiés (Adrar Ou-Mellal et Agouf) ainsi que tous les autres massifs montagneux de la Kabylie des Babors en Parc naturel régional est nécessaire pour assurer son équilibre biologique et pour sauvegarder son patrimoine floristique et forestier, cela est justifié par le nombre assez conséquant d’espèces endémiques, rares, menacées et protégées et permettra de préserver les différents habitats des massifs étudiés. Il favorisera aussi la mise en œuvre d’une politique de conservation qui prendra en compte les préoccupations socio-économiques des riverains.

6. Remerciements

42Nous tenons à remercier vivement M. REBBAS Khellaf, enseignant à l’université de M’sila (Algérie), et M. VELA Errol, enseignant à l’université de Montpellier (France) pour leur aide dans la détermination des espèces.

7. Réferences bibliographiques

43Amirouche R. & Misset M-Th., 2009. Flore spontanée d’Algérie : Différenciation écogéographique des espèces et polyploidie. Cahiers d’Agriculture 18 : 474-480.

44APD 2021. African Plant Database (version 3.4.0). Conservatoire et Jardin botaniques de la Ville de Genève and South African National Biodiversity Institute, Pretoria, "Retrieved 3th March 2021", from http://africanplantdatabase.ch

45Battandier J.A., 1888-1890. Flore de l’Algérie : Dicotylédones. A. Jourdan (ed.), Alger. 855p.

46Battandier J.A. & Trabut L., 1895. Flore d’Algérie, contenant la description de toutes les plantes signalées jusqu'à ce jour comme spontanées en Algérie et catalogue des plantes du Maroc : Monocotylédones. A. Jourdan (ed.). Alger.

47Benhouhou S., Yahi N., Véla E., 2018. Algeria. In: Conserving wild plants in the South and East Mediterranean region (chapter 3 “Key Biodiversity Areas (KBAs) for plants in the Mediterranean region”) (eds Valderrábano, M., Gil, T., Heywood, V. & Montmollin de, B.). Gland, pp. 53-60.

48Benoit G. & Comeau A., 2005. Méditerranée, les perspectives du plan bleu pour l’environnement et le développement. Plan Bleu et Aube. Eds, 432p.

49Bouchibane M., Véla E., Bougaham A.F., Zemouri M., Mazouz A. & Sahnoune M., 2017. Étude phytogéographique des massifs forestiers de Kéfrida, un secteur méconnu de la zone importante pour les plantes des Babors (Nord-est algérien). Revue d’Écologie (terre et vie), vol. 72 (4) : 374-386. https://core.ac.uk/download/pdf/199284721.pdf

50Bougaham A.F., Rebbas K. & Véla E., 2020. Découverte d’Epipactis microphylla (Orchidaceae) au djebel Babor (nord-est de l’Algérie), orchidée nouvelle pour l’Afrique du Nord. Flora Mediterranra, 30 : 261-271.

51Bounar R., 2014. Étude des potentialités biologiques, cartographie et aménagement de la chaine des Babors dans la démarche du développement durable. Thèse de Doctorat, Université de Sétif (Algérie), 118p.

52Chelli-Tabti D., Markhouf S., Derradji S., Hamitouche S., Bouchareb A. & Bougaham A.F., 2020. New data on the distribution area of the Atlas foxglove Digitalis atlantica (Pomel). Ecologia mediterranea. Vol 46 (2): 41-47. https://ecologia-mediterranea.univ-avignon.fr/wp-content/uploads/sites/25/2020/10/EM-46-1-corpus-web-BR.pdf#page=43

53Craven P., 2009. Phytogeographic study of the Kaokoveld centre of endemism. PhD. Dissertation, University of Sttellenbosch, 233p.

Daki M., 2004. Étude de Faisabilité d'un Plan d'Aménagement Côtier en Méditerranée.

54Marocaine, Rapport final du Département de l’environnement. Ministère de L’aménagement du Territoire, de l’Eau et de l’Environnement, Rabat. Maroc, 6-113.

55Dobignard A. & Chatelain C., 2010 – 2013. Index synonymique de la flore d’Afrique du Nord. Éd. Conservatoire et Jardin Botanique, Genève.

56Duplan L., 1952. La région de Bougie. Publ. XIXe Congr. Geol. Int. Monog. Rég. 1er Série Algérie, 17. 40p.

57Emberger L., 1955. Une classification biogéographique des climats. Nat. Monsp., Série Bot, 7: 3-42.

58Euro+Med (2006-2021): Euro+Med PlantBase - the information resource for Euro-Mediterranean plant diversity. Published on the Internet: http://ww2.bgbm.org/EuroPlusMed/ [accessed 3th March 2021].

59Fennane M., Ibn Tattou M. & El Oualidi J., 2014. Flore pratique du Maroc : Manuel de détermination des plantes vasculaires.Vol. I-III. Institut Scientifique, Université Mohammed V - Agdal, Rabat.

60Floret C.H., Galan M.J., Le floc H., Orshan G., & Romane F., 1990. Growth forms and phenomorphology traits along an environmental gradient: tools for studying Vegetation. Journal of Vegetation Science, 1: 71‐80.

61Gharzouli R., 2007. Flore et végétation de la Kabylie des Babors. Étude floristique et phytosociologique des groupements forestiers et post-forestiers des djebels Takoucht, Adrar

62Ou-Melal, Tababort et Babor. Thèse de Doctorat, Université de Sétif (Algérie), 356p.

63Gharzouli R. & Djellouli Y., 2005. Diversité floristique de la Kabylie des Babors (Algérie). Sécheresse, 16 (3) : 217-223.

64https://www.botaniquealgerie.dz/sites/default/files/pdf/publications/04-2018/diversite-floristique-de-la-kabylie-des-babors-algerie.pdf

65Gounot M., 1969. Méthodes d’étude quantitatives de la végétation. Ed. Masson, Vol 1, 314p.

66J.O.R.A., 2012. Décret exécutif du 18 Janvier 2012, complétant la liste des espèces végétales non cultivées et protégées. Journal officiel de la République Algérienne, n° 3-12/12 du 18-01-2012, 27p.

67Jeanmonod D. & Gamisans J., 2007. Flora corsica. Édit. Edisud, Aix-en- Provence, 920p.

68Kadi-Hanifi H., 2003. Diversité biologique et phtytogéographique des formations à Stipa tenacissima L. de l’Algérie. Sécheresse, 14 (3) : 169-179.

69Kazi Tani C., Lebourgeois T. & Munoz F., 2010. Aspects floristiques de la flore des champs du domaine phytogéographique oranais (Nord-Ouest algérien) et persistance d’espèces rares et endémiques. Fl. Medit., 20: 5-22. https://www.herbmedit.org/flora/20-029.pdf

70Larbi N., 2014. Analyse de la diversité floristique et de la phytodynamique de la série de végétation à Cedrus atlantica Manetti au Djurdjura centro-méridional (secteur de Tikjda).

71Mémoire de Magister, Université de Tizi-Ouzou, 106p.

72Lecompte-Barbet O., 1975. Introduction à une étude de l'endémisme végétal au Maroc. Pp 15- 46 in: Etude de certains milieux au Maroc et de leur évolution récente. Travaux de la R.C.P. 249, CNRS., Paris.

73Maire R., 1926. Carte phytogéographique de l’Algérie et de la Tunisie – 1/1 500 000, Gouvernement Général d’Alger, Service Cartographie., Alger, 78p.

74Maire R., 1928. Origine de la flore des montagnes de l’Afrique du Nord. Mém. Soc. Biog., 2 : 187-194.

75Maire R., 1952-1987. Flore de l’Afrique du Nord (Maroc, Algérie, Tunisie, Tripolitaine, Cyrénaïque, Sahara). Vol. I-XVI. Lechevalier, Paris.

76Médail F. & Diadema K., 2009. Glacial refugia influence plant diversity patterns in the Mediterranean Basin. Journal of biogeography, 36 (7). 1333-1345.

77https://doi.org/10.1111/j.1365-2699.2008.02051.x

78Médail F. & Quézel P., 1997. Hotspot analysis for conservation of plants biodiversity in the Méditerranéan Basin. Ann. Miss. Bot. Gard, 84: 112-127. https://doi.org/10.2307/2399957

79Meddour R., 2010. Bioclimatologie, phytogéographie et phytosociologie en Algérie. Exemple des groupements forestiers et préforestiers de la Kabylie Djurdjureenne. Thèse de doctorat en foresterie. Université de Tizi-Ouzou, 397p.

80Messaoudene M., Laribi M. & Derridj A., 2007. Étude de la diversité floristique de la forêt de l’Akfadou (Algérie). Bois et Forêts des Tropiques. 291 (1) : 75-81.

81https://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/20359

82Miara M.D., Ait Hammou M., Rebbas K. & Bendif H., 2017. Flore endémique, rare et

83menacées de l’Atlas tellien occidental de Tiaret (Algérie). Acta Botanica Malacitana, 42

84(2), 271-285. https://www.researchgate.net/publication/323320770

85Pignatti S., 1982. Flora d’Italia. Edagricole, Bologna, Vol. I-III, 790, 732 et 780p.

86Quézel P., 1956. Contribution à l'étude des forêts de chênes à feuilles caduques d'Algérie - Mém. Soc. Hist. Nat. Afrique du Nord. Nouv. Série. 1, Alger, 57p.

87Quézel P., 1978. Analysis of the flora of Mediterranean and Saharan Africa. Ann. Missouri Bot. Garden, 65: 479-537.

88Quézel P., 1983. Flore et végétation actuelles de l’Afrique du Nord, leurs significations en fonction de l’origine, de l’évolution et des migrations des flores et structures de végétation passées. Bothalia, 14: 411-416.

89Quézel P., 1985. Definition of the Mediterranean region and the origin of its flora, in: C.

90Gomez-Campo (Ed.), Plant Conservation in the Mediterranean Area, Dordrecht, the Netherlands, pp. 9-24.

91Quézel P., 1995. La flore du bassin méditerranéen : origine, mise en place, endémisme. Ecologia mediterranea, 21 : 19-39.

92Quézel P., 1999. Les grandes structures de végétations en région méditerranéenne : facteurs déterminants dans la mise en place post-glaciaire. Geobios, 32(1) : 19-32.

93Quézel P. & Médail F., 2003. Écologie et biogéographie des forêts du Bassin méditerranéen.

94Elsevier, Paris, 571p.

95Quézel P. & Santa S., 1962-1963. Nouvelle flore de l’Algérie et des régions désertiques méridionales. 2 volumes, CNRS, Paris, 1170p.

96Raunkiaer C., 1934. The life form of plants and statistical plant geography. Collected papers, Clarendon Press, Oxford, 632p.

97Rebbas K., 2014. Développement durable au sein des aires protégées algériennes, cas du Parc National de Gouraya et des sites d’intérêt biologique et écologique de la région de Bejaia. Thèse de Doctorat, Université de Sétif (Algérie), 180p.

98Rebbas K., Vela E., Bougaham A.F., Belharrat A., De Belaire G. & Prelli R., 2019. Découverte de Christella dentata (Thelypteridaceae) en Algérie. Fl. Medit. 29, 55-66.

99https://doi.org/10.7320/FlMedit29.055.

100Sarmoum M., Navarro-Cerillo R. & Guibal F., 2019. Bilan actuel et rétrospéctif du dépérissement du cèdre de l’Atlas dans le Parc national de Theniet El Had (Algérie). Bois et Forêts des Tropiques. Vol 342 (4) : 29- 40. https://doi.org/10.19182/bft2019.342.a31636

101Seltzer P., 1946. Le climat de l’Algérie. Inst. Météor. et de Phys. du Globe. Univ. Alger, 219p.

102Véla E. 2018. De l'inventaire de la biodiversité aux priorités de conservation dans le hotspot du bassin méditerranéen : peut-on combler les déficits de connaissance ? Diplôme d’Habilitation à Diriger les Recherches, Université Montpellier, 64p.

103Véla E. & Benhouhou S., 2007. Évaluation d’un nouveau point chaud de biodiversité végétale dans le bassin méditerranéen (Afrique du nord). C.R. Biologies, 330 : 589-605.

104DOI : 10.1016/j.crvi.2007.04.006

105Vérlaque R., Médail F. & Aboucaya A., 2001. Valeur prédictive des types biologiques pour la conservation de la flore méditérranéenne. Life Sci. 324 : 1157-1165.

106Walter K.S. & Gillett H.J., 1998. 1997 IUCN red list of threateaned plants. Compiled by the World Conservation Monitoring Centre. IUCN – the World Conservation Union. Gland, Switzerland and Cambridge. UK. Ixiv + 862p.

107Whigham D.F., 2004. Ecology of woodland herbs in temperate deciduous forests. Ann. Rev. Ecol. Evol. Syst., 35: 583-617. https://doi.org/10.1146/annurev.ecolsys.35.021103.105708

108Yahi N., Véla E., Benhouhou S., De Bélair G. & Gharzouli R., 2012. Identifying important plants area (Key Biodiversity Area for Plants) in northern Algeria. Journal of Threatened Taxa, 4: 2753-2765. DOI : 10.11609/JoTT.o2998.2753-65

Annexe 1 : Liste des espèces inventoriées dans les massifs étudiés, leur biogéographie, leur type biologique et leur appréciation d’abondance d’après les données bibliographiques de Quézel & Santa (1962-1963). AR : Assez rare, R : Rare, RR : Très rare. AC : Assez commun. C : Commun. CC : Très Commun. CCC : Particulièrement répandu. Hemi : Hémicryptophytes. Geo : Géophytes. Cham : Chaméphytes. Ther : Thérophytes. Phan : Phanérophytes. End : Endémique. Med : Méditerranéen. Statut : appréciation d’abondance.

Nom des plantes selon Dobignard & Chatelain (2010-2013)

Biogéographie

Type biologique

Statut

Asteraceae

Anacyclus perythrum (L.) Link.

Eurymed

Hemi

C

Andryala integrefolia L.

Euryméd

Ther

CC

Anthemis pedunculata Desf. subsp. pedunculata

Stenomed

Hemi

AR

Anthemis punctata Vahl.

Oro-Euras

Hemi

R

Atractylis cancellata L.

Stenomed

Ther

CC

Bellis annua.L .subsp. annua

Sténoméd

Ther

CCC

Bellis sylvestris Cirillo, sensu lato

Sténoméd

Hémi

CCC

Calendula suffruticosa Vahl., sensu lato

Med

Hemi

CC

Calendula arvensis L. var. bicolor

Med

Hemi

CCC

Carthamus multifidus Desf.

End N.Afr.

Cham

CCC

Carduus macrocephalus Desf.

Sténoméd

Hemi

CC

Carduus pychnocephalus L.

Euras

Hemi

CC

Catananche montana Coss.

End Alg+Mar

Hemi

AR

Catananche caerulea L.

W. Med

Hemi

C

Centaurea sphaerocephala L.

Stenomed

Hemi

CCC

Centaurea pullata L.

Euryméd

Ther

CC

Centaurea pubescensWilld.

Stenomed

Cham

CC

Cichorium intybus L.

Cosmopolite

Hemi

CC

Crepis vesicaria L. subsp. taraxacifolia (Thuill.) Thell.

Atlantique-Med

Hemi

AC

Dittrichia viscosa (L.) Greuter

Euryméd

Hemi

CC

Doronicum plantaginum subsp. atlanticum (Chabert.) Rouy.

End N.Afr.

Hemi

AC

Echinops bovei Boiss.

Eurymed

Cham

CC

Filago pyramidata L.

Eurymed

Ther

CC

Galactites tomentosus Moench.

Sténoméd

Hémi

CCC

Helichrysum pendulum (C. Presl.) C. Presl

Stenomed

Cham

CCC

Hieracium pseudopilosella (Ten.) Sojak

End N.Afr.

Hemi

CC

Hyoseris radiata L.

Stenomed

Hemi

CC

Hypochoeris radicata L.

Stenomed

Ther

CCC

Hypochoeris laevigata L.

SW-Med

Cham

CC

Leontodon saxatilis Lam.

W-Med

Ther

CC

Mantisalca salmantica (L.) Bricq & Carvill.

Stenomed

Hemi

CC

Pallenis spinosa L. Cass. subsp. spinosa

Eurymed

Hemi

CC

Pentanema montanum (L.) D. Gut. Larr.Santos-Vicente & al.

Atlantique

Hémi

AC

Petasites pyrenaicus (L.) G. Lopez.

C. Med

Geo

AC

Phagnalon sordidum (L.) Rchb.

W. Med

Hemi

AC

Plagius maghrebinus Vogt & Greuter.

End N.Afr.

Cham

C

Pulicaria odora (L.) Rchb.

Euryméd

Hémi

CC

Reichardia picroides (L.) Roth.

Stenomed

Hemi

CCC

Santolina pectinata Lag.

SW-Med

Cham

R

Senecio perralderianus Coss & Dur.

End Alg

Hemi

AC

Solidago virgaurea L., subsp. virgaurea

Boreal

Hemi

AR

Taraxacum inaequilobum Pomel

End N.Afr.

Hemi

AR

Tussilago farfara L.

Paleotemp.

Geo

R

Urospermum dalechampsii (L.) F. W. Schmidt.

Eurymed

Hemi

CC

Fabaceae

Anthyllis montana L.

Oro-Europ

Hemi

R

Anthyllis vulneraria L. subsp. maura (Beck.) Maire

Eurymed

Hemi

CC

Argyrolobium zanonii (Turra) P. W. Ball

Eurymed

Phan

C

Astragalus monspessulanus L. subsp. gypsophilus Rouy

W. Med

Hemi

AC

Bituminaria bituminosa (L.) C .H. Stirt., sensu lato

Stenomed

Hemi

C

Calicotome spinosa (L.) Lam.

Sténoméd

Phan

CC

Ceratonia siliqua L.

Stenomed

Phan

C

Coronilla valentina L. subsp. speciosa (Uhrova) Greuter & Bur

End Alg

Cham

AC

Coronilla minima L., subsp. lotoides (W.D.J. Koch) Nyman

Eurymed

Cham

AC

Coronilla scoprpoides (L.) W. D. J. Koch.

Eurymed

Ther

C

Cytisus villosus Pourr.

Stenomed

Phan

C

Erinacea anthyllis Link.

Oro-Med

Phan

AR

Genista triscupidata Desf.

Eurymed

Phan

CC

Hippocrepis atlantica Ball

End Alg-Mar

Hemi

C

Hippocrepis biflora Spreng.

Eurymed

Hemi

C

Lathyrus latifolius L.

C. Europe

Hemi

CC

Lathyrus articulatus L.

Euryméd

Ther

CC

Lotus ornithopodioides L.

Stenomed

Ther

C

Lotus creticus L.

Stenomed

Ther

AC

Medicago truncatula Gaertn.

Stenomed

Ther

C

Medicago polymorpha L.

Eurymed

Ther

C

Medicago orbicularis (L.) Bartal.

Eurymed

Ther

AC

Medicago murex Willd.

Stenomed

Ther

C

Medicago rigidula (L.) All.

Eurymed

Hemi

R

Onobrychis caput-galli (L.) Lam.

Stenomed

Ther

CC

Ononis viscosa L. subsp. breviflora (DC.) Nyman.

Eurymed

Ther

C

Ononis alopecuroides L.

Stenomed

Ther

AR

Scorpiurus muricatus L. subsp. sulcatus (L.) Thell.

Stenomed

Ther

C

Trigonella monspeliaca L.

Stenomed

Ther

AC

Tripholium ochroleucon Huds.

Euras

Hemi

AR

Trifolium pratense L.

Euro-sibérie

Hemi

AR

Trifolium campestre Schreb.

Paleotemp

Ther

CC

Tripholium stellatum L.

Euryméd

Ther

CC

Vicia lathyroides L.

Stenomed

Ther

AR

Vicia onobrychoides L.

Med-Mont

Hemi

AC

Poaceae

Aegilops ventricosa Tausch.

Stenomed

Ther

C

Aira tenorii Guss.

Stenomed

Ther

AC

Ampelodesmos mauritanicus (Poir.) T. Durand. & Schinz.

W. Eurymed

Hemi

CC

Anisantha sterilis (L.) Nevski.

Méd-Tour

Ther

C

Anisantha tectorum (L.) Nevski.

Paleotemp

Ther

C

Anisantha rubens L. Nevski

Paléosubtropical

Ther

C

Anisantha madritensis (L.) Nevski.

Eurymed

Ther

CC

Anthoxanthum odoratum L.

Circumboréal

Hemi

AC

Avena sterilis L.

Med

Ther

C

Brachypodium phoenicoides (L.) P.Beauv. ex Roem. & Schult.

Stenomed

Hemi

C

Brachypodium sylvaticum (Huds). P.Beauv. subsp. sylvaticum.

Paleotemp

Hemi

CC

Briza maxima L.

Sub-tropical

Ther

CC

Bromopsis erecta. subsp. microchaeta (Font Quer). H. Scholz & Valdès.

End Alg-Mar

Hemi

C

Cynosurus balansae Coss & Dur.

End Alg-Mar

Hemi

AC

Cynosurus effusus Link

Sténomed

Ther

C

Dactylis glomerata L., sensu lato

Paleotemp

Hemi

C

Echinaria capitata (L.) Desf.

Atlantique-Med

Ther

C

Elymus panormitanus (Parl) Tzvelev

E. Med

Hemi

R

Festuca circummediterranea Patzke

Circumboreal

Hemi

R

Helictochlotoa cincinnata (Ten.) Romero Zarco.

Stenomed

Hemi

R

Holcus lanatus L.

Boreal

Hemi

C

Hordeum bulbosum L.

Sub-tropical

Hemi

AC

Lagurus ovatus L.

Eurymed

Ther

CC

Lolium perenne L.

Boreal

Hemi

C

Melica cupanii Guss.

Méd-Ir-Tour

Hemi

AC

Melica uniflora Retz.

Paleotemp

Hemi

AR

Melica ciliata L.

Euras

Hemi

C

Patzkea patula (Desf.) H. Scholz.

Stenomed

Hemi

AC

Patzkea durandoi (Clausson) G. H. Loos.

End N.Afr.

Hemi

AR

Phleum phleoides (L.) H. Karst.

Europ-Sib

Hemi

AR

Poa bulbosa L. subsp. bulbosa

Paleotemp

Hemi

C

Trisetum flavescens (L.) P. Beauv. subsp. flavescens

Euras

Hemi

AC

Vulpia sicula (Presl.) Link.

Méd-Mont

Hemi

C

Apiaceae

Ammoides atlantica Coss. & Dur.

End Alg

Hemi

AC

Anthriscus silvestris Hoffm.

Paleotemp

Hemi

R

Binium alpinum Waldest & Kit.

Med

Geo

CC

Bupleurum montanum Coss.

End Alg-Mar

Hemi

AR

Bupleurum spinosum Gouan.

Eurymed

Cham

R

Chaerophyllum temulum L.

Euras

Hemi

R

Conopodium glaberimum (Desf.) Engstrand.

End N.Afr.

Geo

C

Eryngium tricuspidatum subsp. tricuspidatum

S.W Méd

Hemi

CC

Ferula communis L. subsp. communis

Stenomed

Hemi

CC

Heracleum sphondylium L. subsp. algeriense (Batt. & Trab.) Dobignard

End Alg

Hemi

R

Pimpinella battandieri Chabert.

End Alg

Hemi

R

Physospermum verticillatum (Waldst. & Kit.) Vis.

Med-Mont

Hemi

R

Sanicula europea L.

Euras

Hemi

AC

Scandix pecten-veneris L.

Eurymed

Ther

CC

Selinopsis montana Coss. & Durieu ex Batt.

End Alg-Tun

Geo

AR

Smyrnium olusatrum L.

Atlantique-Med

Hemi

CC

Torilis arvensis (Huds.) Link subsp. neglecta (Spreng.) Thell.

Stenomed

Ther

CC

Torilis nodosa (L.) Gaertn. subsp. nodosa

Euras

Ther

CC

Rosaceae

Almanchier ovalus Medicus.

Stenomed

Phan

R

Crataegus laciniata Ucria.

Med-Mont

Phan

AR

Crataegus monogyna Jacq.

Paleotemp

Phan

C

Potentilla micrantha Ramond.

Eurymed

Hemi

AR

Potentilla caulescens L.

Oro-Med

Hemi

RR

Prunus avium L.

Europ-Cauca

Phan

AC

Prunus prostrata Labill

Med-Asiatique

Phan

R

Rosa sempervirens L.

Stenomed

Phan

AC

Rosa canina L., sensu lato

Paleotemp

Phan

C

Rosa micrantha Borrer ex Sm.

Eurymed

Phan

AR

Rubus ulmifolius Scott.

Eurymed

Phan

C

Rubus incanescens (DC.) Bertol.

W. Europe

Phan

AC

Sanguisorba minor subsp. baléarica (Nyman) Munoz Garm. & C. Navarro.

Euras

Hemi

R

Sorbus aria (L.) Crantz

Paleotemp

Phan

R

Sorbus torminalis (L.) Crantz

Euras

Phan

R

Lamiaceae

Ajuga iva (L.) Schreber

Stenomed

Cham

CC

Lamium flexuosum Ten.

Méd-Mont

Hemi

AC

Melissa officinalis L.

Eurymed

Hemi

AR

Mentha pulegium L.

Eurymed

Hemi

AC

Mentha suaveolens Ehrh.

Atlantique-Med

Hemi

CC

Micromeria graeca (L.) Benth & Rchb.

Med

Cham

CC

Clinopodium vulgare L. subsp. arundanum (Boiss.) Nyman

Stenomed

Hemi

CC

Origanum vulgare L. subsp. glandulosum (Desf.) Letswaart

End Alg-Tun

Hemi

C

Phlomis bovei De Noé

End Alg-Tun

Hemi

R

Prunella vulgaris L.

Boreal

Hemi

AR

Rosmarinus officinalis L.

Stenomed

Phan

C

Salvia sclarea L.

Eurymed

Cham

R

Scuttelaria columnae All.

Méd-Mont

Hemi

R

Stachys officinalis subsp. algeriensis (de noé) Franco

Europe

Hemi

AC

Stachys circinnata L’Her

Med

Ther

C

Thymus algériensis Boiss & Reut.

End N.Afr.

Cham

CC

Thymus dreatensis Batt.

End Alg

Cham

RR

Teucrium atratum Pomel.

End Alg

Hemi

R

Teucrium chamaedrys L.

Eurymed

Cham

AC

Teucrium pseudo-scorodonia Desf.

W. Europe

Hemi

AC

Brassicaceae

Alliaria petiolata (M. Bieb.) Cavara & Grande.

Paleotemp

Hemi

AC

Alyssum serpyllifolium Desf.

Oro-Med

Cham

AR

Alyssum spinosum L.

Oro-W. Med

Cham

RR

Arabidopsis thaliana (L.) Heynh.

Paleotemp

Ther

CC

Arabis auriculata Lam

Oro-Méd

Ther

AC

Arabis pubescens (Desf.) Poir.

End N.Afr.

Hemi

AC

Arabis turrita L.

S. Europe

Hemi

R

Arabis alpina L subsp. caucasica (Willd.) Briq.

Méd-Mont

Hemi

AR

Arabis hirsuta L. Scop.

Circumboreal

Ther

R

Diplotaxis muralis (L.) DC

Europ

Ther

R

Draba muralis L.

Boreal

Ther

R

Draba hispanica

Med

Hemi

AR

Iberis atlantica (Litard. & Maire) Greuter & Burdet

End Alg-Mar

Hemi

R

Lobularia maritima (L). Desv.

Stenomed

Cham

CC

Thlaspi perfoliatum L. subsp. perfoliatum

Paleotemp

Ther

AC

Caryophyllaceae

Arenaria serpyllifolia L. subsp. serpyllifolia.

Cosmop

Ther

C

Cerastium brachypetalum. subsp. roeseri (Boiss. & Heldr)

Med-Tour

Ther

R

Cerastium atlanticum Dur

End N.Afr.

Hemi

R

Dianthus balbisii Ser.

Oro-Med

Hemi

R

Dianthus serrulatus Desf.

Stenomed

Hemi

AC

Herniaria hirsuta L.

Paleotemp

Ther

AC

Moehringia stellarioides Coss.

End Alg

Hemi

R

Paronychia arabica (L.) DC subsp. aurasiaca (Webb.) Maire & Weiller.

End N.Afr.

Hemi

AC

Polycarpon bivonae (J. Gay) & Maire.

W. Med

Hemi

AC

Saponaria sicula Rafin.

C. Med

Hemi

R

Silene secundiflora Ott.

Stenomed

Ther

R

Silene pseudo-atocion Desf.

Stenomed

Ther

C

Silene choulettii Coss.

End Alg

Hemi

AC

Silene atlantica Coss.

End Alg-Tun

Hemi

AC

Stellaria pallida (Dumort.) Piré.

Paleotempéré

Hemi

C

Stellaria holostea L.

Europ-Caucas

Hemi

RR

Scrophylariaceae

Kickxia lanigera (Desf.) Hand. – Mazz.

Med

Ther

AR

Linaria virgata Desf. subsp. algeriensis Murb.

End Alg-Tun

Ther

AC

Linaria reflexa Desf.

Eurymed

Ther

CCC

Verbascum sinuatum L.

Eurymed

Ther

CC

Veronica montana L.

Europ

Hemi

RR

Veronica praecox All.

C. Europ

Ther

R

Veronica agrestis L.

SW. Euras

Ther

AC

Crassulaceae

Sedum sediforme (Jacq.) Pau.

Stenomed

Cham

C

Sedum dasyphyllum L. subsp. dasyphyllum

Eurymed

Cham

AC

Sedum pubescens Vahl.

End Alg-Tun

Ther

AC

Sedum album L.

Euras

Cham

C

Sedum multiceps Coss. & Dur.

End Alg

Cham

R

Sedum amplexicaule DC.

Oro-Med

Hemi

R

Sedum acre L.

Euras

Cham

AR

Sedum caeruleum L.

C. Med

Ther

CC

Umbilicus rupestris (Salisb.) Dandy

Atlantique-Med

Geo

AC

Liliaceae

Allium sphaerocephalum L. subsp. sphaerocephalum

Eurymed

Geo

AC

Asphodelus ramosus L. subsp. ramosus

Stenomed

Geo

CCC

Fritillaria oranensis Pomel

End N.Afr.

Geo

AR

Muscari comosum (L.) Mill.

Med

Geo

C

Oncostema elongata (Parl.) Speta.  

W. Med

Geo

C

Ornithogalum baeticum Boiss.

Atlantique-Med

Geo

C

Ruscus aculeatus L.

Atlantique-Med

Cham

C

Smilax aspera L.

Sub-tropical

Phan

AC

Tulipa sylvestris L. subsp. australis Link.

Eurymed

Geo

CC

Ranunculaceae

Clematis cirrhosa L.

Stenomed

Phan

C

Delphinium perigrinum L.

Stenomed

Hemi

AC

Nigella damascenna L.

Eurymed

Ther

AC

Ranunculus bulbosus L.

Euras

Hemi

R

Ranunculus spicatus. subsp. maroccanus (Coss.) Greuter & Burdet.

End Alg-Mar

Geo

C

Ranunculus ficariiformis (F. W.) Schultz.

Euras

Hemi

AC

Polypodiaceae

Athyrium felix-femina (L.) Roth

Circumbor

Hemi

AR

Pteridium aquilinum (L.) Kuhn.

Cosmopolite

Geo

CC

Polypodium cambricum. Willd.

Atlantique-Med

Hemi

CC

Polystichum setiferum (Forskal) Woynar

Macar-Euras

Geo

R

Orchidaceae

Anacamptis coriophora subsp. fragrans (Pollini). R.M. Bateman, Pridgeon & M.W. Chase

Med

Geo

AC

Anacamptis morio subsp. longicornu (Poir.) H. Kretzschmar, Eccarius & H.Dietr.

Euras

Geo

R

Anacamptis papilionacea (L.) R.M. Bateman, Pridgeon & M.W. Chase

Med

Geo

AR

Androrchis olbiensis (Reut. Ex Gren.) D. Tyteca & E. Klein.

Euras

Geo

AR

Androrchis patens (Desf.) D. Tyteca & E. Klein.

End Alg-Tun

Geo

AR

Androrchis pauciflora subsp. laeta (Steinh.) Véla, Rebbas & R. Martin

End Alg-Tun

Geo

R

Cephalanthera longifolia (L.) Fritsch.

Euras

Geo

AC

Dactylorhiza munbyana (Boiss. & Reut.) Aver.

End N.Afr.

Geo

AC

Himantoglossum robertianum (Loisel.) P. Delforge

Stenomed

Geo

AC

Himantoglossum hircinum (L.) Spreng.

Eurymed

Geo

AR

Limodorum arbortivum (L). Sw.

Euras

Geo

AC

Neotinea tridentata subsp. conica (Willd.) R.M. Bateman, Pridgeon & M. W. Chase

Euras

Geo

AC

Ophrys battandieri G. Camus

End N.Afr.

Geo

R

Ophrys fusca Link. subsp. fusca

Eurymed

Geo

C

Ophrys lutea (Cav.) Gouan.

Med

Geo

C

Ophrys numida Devillers-Tersch. & Devillers

End Alg-Tun

Geo

R

Ophrys speculum Link

Stenomed

Geo

AC

Ophrys tenthredinifera subsp. tenthredinifera Willd.

Stenomed

Geo

C

Orchis anthropophora (L.) All.

Atlantique-Med

Geo

C

Orchis italica Poir. 

Euras

Geo

C

Orchis purpurea Huds. subsp. purpurea

Euras

Geo

R

Plantaginaceae

Plantago serraria L.

Stenomed

Hemi

CC

Plantago bellardii L.

Stenomed

Ther

CC

Plantago coronopus L.

Euras

Hemi

AC

Plantago major L. subsp. major

Euras

Hemi

CC

Geraniaceae

Erodium battandieranum Rouy.

End Alg

Hemi

R

Erodium aethiopicum L.

Med

Ther

C

Geranium purpurum Vill.

Cosmp

Ther

CC

Geranium atlanticum Boiss. & Reut.

End N.Afr.

Hemi

C

Geranium lucidum L.

Atlantique-Med

Ther

C

Geranium molle L.

Euras

Ther

CC

Rubiaceae

Asperula laevigata L.

Stenomed

Hemi

CC

Asperula hirsuta Desf.

W. Med

Hemi

CC

Gallium tunetanum Lam.

S. W. Med

Hemi

CC

Galium spurium (L.) Hartm.

Euras

Ther

CC

Gallium mollugo subsp. erectum Syme

Euras

Hemi

R

Sherardia arvensis L.

Euras

Ther

CC

Campanulaceae

Campanula trichocalycina (Ten).

Med-Mont

Hemi

R

Campanula rapunculus L.

Paleotemp

Hemi

C

Campanula trachelium L. subsp. mauritanica (Pomel) Quezel.

End Alg-Mar

Hemi

AC

Campanula dichotoma L.

Med

Ther

C

Dipsacaceae

Knautia mauritanica Pomel.

End N.Afr.

Hemi

AC

Scabiosa columbaria L.

Euras

Hemi

R

Scabiosa semipapposa Salzm.

Eurymed

Ther

CC

Scabiosa stellata L.

W.Med

Ther

CC

Euphorbiaceae

Euphorbia amygdaloides L.

Euras

Cham

R

Euphorbia pterococca Brot

Stenomed

Ther

AC

Euphorbia peplus L.

Cosmopolite

Ther

CC

Primulaceae

Anagallis monelli L. subsp. monelli

Stenomed

Hemi

C

Cyclamen africanum Boiss. & Reut.

End Alg-Tun

Geo

C

Lysimachia arvensis (L.) U. Manns & Anderb.

Cosmopolite

Ther

CC

Lysimachia cousiniana Coss & Dur.

End Alg-Tun

Hemi

AC

Primula acaulis L. subsp. atlantica (Maire & Wilczek) Greuter & Burdet.

End Alg-Mar

Hemi

R

Violaceae

Viola odorata L.

Eurymed

Hemi

R

Viola mumbyana Boiss. & Reut.

End N.Afr.

Hemi

AC

Viola riviniana Rchb.

Europ

Hemi

R

Convolvulaceae

Convolvulus elegantissimus Mill.

Stenomed

Hemi

CC

Convolvulus cantabrica L.

Eurymed

Hemi

AC

Convolvulus lineatus L.

Circumboréa

Hemi

AC

Hypericaceae

Hypericum montanum L.

Europ-Caucas

Hemi

R

Hypericum perforatum L.

Paleotemp

Hemi

C

Hypericum tomentosum L.

W. Med

Hemi

CC

Polygonaceae

Rumex acetosella L. subsp. angiocarpus Murb.

Sub-Cosmopolite

Hemi

AC

Rumex tuberosus L.

Med-Tour

Hemi

C

Rumex bucephalophorus L. subsp. gallicus (Steinh) Rech.

Stenomed

Ther

AC

Caprifoliaceae

Lonicera kabylica Rehder

End Alg

Phan

R

Lonicera etrusca Santi.

Eurymed

Phan

R

Lonicera implexa Aiton.

Eurymed

Phan

C

Sambucus ebulus L.

Eurymed

Hemi

R

Sambucus nigra L.

S. Europ

Hemi

R

Viburnum lantana L.

Oro-Med

Phan

RR

Cyperaceae

Carex dystachia Desf.

Stenomed

Hemi

C

Carex olbiensis Jord.

Euras

Hemi

R

Carex sylvatica subsp. paui (sennen) A. Bolos & O. Bolos

Europ

Hemi

R

Urticaceae

Urtica dioica L.

Cosmop

Hemi

AC

Urtica membranacea Poir.

Med

Ther

CC

Apocynaceae

Nerium oleander L.

Stenomed

Phan

C

Vincetoxicum Hirundinaria Medik.

Euras

Hemi

C

Valerianaceae

Centranthus calcitrapa (L.) Dufr.

Stenomed

Ther

CC

Centranthus ruber DC

Eurymed

Hemi

CC

Fedia gracilliflora Fisch. & C.A. Mey, sensu lato

Stenomed

Ther

CC

Valeriana tuberosus L.

Med-Mont

Hemi

AC

Valerianella locustra F. carinata (Loisel.) Devesa

Euras

Ther

CC

Thymelaceae

Daphne gnidium L.

Stenomed

Phan

C

Daphne laureola L.

Euras

Phan

R

Salicaceae

Populus alba L.

Paleotemp

Phan

AC

Populus nigra L.

Paleotemp

Phan

AR

Aceraceae

Acer monspessulanum L. subsp.martini (Jord) P. Four.

Med

Phan

RR

Acer obtusatum Waldst. & Kit. Ex Willd.

S. Europe

Phan

R

Araceae

Arum italicum Mill.

Stenomed

Geo

C

Arisarum vulgare O. Targ. Tozz, sensu lato

Stenomed

Geo

C

Gentianaceae

Blackstonia perfoliata L. subsp.grandiflora (Viv.) Maire

Med

Ther

CC

Centaurium erythraea subsp. suffruticosum (Salzm. Ex Griseb.)

Paleotemp

Ther

CC

Fagaceae

Quercus ilex subsp. ballota (Desf.) Samp.

Med

Phan

C

Quercus canariensis Willd.

Atlantique-Med

Phan

AC

Quercus suber L.

W. Med

Phan

C

Papaveraceae

Chelidonium majus L.

Euras

Hemi

R

Papaver rhoeas L.

E. Med

Ther

CC

Iridaceae

Gladiolus dubius Guss. X italicus Mill.

Stenomed

Geo

C

Iris inguicularis Poir. subsp. unguicularis

End Alg-Tun

Geo

CC

Romulea lingustica (Parl.)

Med

Geo

C

Linaceae

Linum gallicum L.

Stenomed

Ther

C

Linum strictum L.

Stenomed

Ther

AC

Boraginaceae

Cerinthe major L.

Stenomed

Hemi

CC

Cynoglossum dioscoridis Vill.

W. Europe

Ther

C

Cynoglossum cheirofolium L.

Eurymed

Ther

C

Myosotis speciosa Pomel

Paleotemp

Hemi

AC

Onosma tricerosperma subsp.mauritanica (Maire) G. lopez

SW Europ

Hemi

AR

Cistaceae

Cistus salvifolius L.

Stenomed

Phan

CC

Fumana thymifolia (L.) Webb.

Stenomed

Cham

AC

Helianthemum helianthemoides Desf.

End N.Afr.

Cham

RR

Helianthemum cinereum (Cav.) Pers.

Eurymed

Cham

C

Juncaceae

Luzula forsteri (Sm.) DC.

Eurymed

Geo

AC

Malvaceae

Malva sylvestris L.

Cosmopolite

Hemi

CC

Malope malachoides L.

Stenomed

Hemi

C

Onagraceae

Circaea lutetiana L.

Boreal

Hemi

AC

Epilobium lanceolatum Seb. & Maur.

Euras

Hemi

R

Araliaceae

Hedera algeriensis Hibberd.

End Alg-Tun

Phan

C

Fumariaceae

Fumaria capreolata L. subsp.capreolata

Eurymed

Ther

CC

Paeoniaceae

Paeonia mascula (L.) Mill. subsp. atlantica (Cosson.) Greuter & Burdet.

End Alg

Geo

C

Berberidaceae

Epimedium perralderanium Coss.

End Alg

Hemi

RR

Plumbaginaceae

Armeria alliacea (Cav.) Hoffm

S.W. Europe

Hemi

R

Saxifragaceae

Saxifraga carpetana Boiss. & Reut.

Eurymed

Hemi

AR

Rhamnaceae

Rhamnus myrtifolius Willk.

Stenomed

Phan

R

Rhamnus alpina L.

Oro-w. Med

Phan

AR

Amaryllidaceae

Narcissus tazetta L., sensu lato

Stenomed

Geo

CC

Taxaceae

Taxus baccata L.

Paleo-temp

Phan

AR

Cupressaceae

Juniperus oxycedrus L., sensu lato

Atlantique-Med

Phan

CC

Juniperus phoenicea L. subsp. turbinata (Guss.)

Stenomed

Phan

AC

Pinaceae

Cedrus atlantica (Endl.) Carrière

End Alg-Mar

Phan

AC

Resedaceae

Reseda luteola L.

Euras

Ther

AC

Reseda alba L.

Euras

Hemi

C

Coriariaceae

Coriaria myrtifolia L.

W. Med

Phan

AR

Ericaceae

Erica scoparia L.

Stenomed

Phan

AR

Aquifoliaceae

Ilex aquifolium L.

Europ

Phan

AC

Anacardiaceae

Pistacia terebinthus L.

Eurymed

Phan

AC

Dioscoreaceae

Dioscorea communis (L.) Caddick & Wilkin 

Eurymed

Geo

AC

Equisetaceae

Equisetum telmateia Ehrh.

Boreal

Geo

AC

Oleaceae

Fraxinus angustifolia Vahl.

S. Europe

Phan

C

Orobanchaceae

Orobanche schultzii Mutel

W. Europ

Geo

AC

Orobanche rapum genistae

W. Europ

Geo

RR

Orobanche ramosa L.

Tropical

Geo

AR

Aspleniaceae

Asplenium trichomanes L.

Cosmopolite

Hemi

C

Asplenium obovatum Viv.

Stenomed

Hemi

AR

Asplenium cetarach L.

Euras

Hemi

C

Asplenium onopteris L.

Atlantique-Med

Hemi

C

Annexe 2: Photographies de certaines espèces rares et /ou endémiques des massifs étudiés.

Image 10000000000002D1000001E66F9CB2E1A367F19E.jpg

Figure 1 : Epimedium perralderanium Coss.

Image 100000000000028E000001EB0A38CC2A49341616.jpg

Figure 2 : Epimedium perralderanium Coss.

Image 10000000000001C20000025CB6049E43BB6215CA.jpg

Figure 3 : Phlomis bovei De Noé

Image 10000000000001C20000025B817BCFF12C381E13.jpg

Figure 4 : Erodium battandieranum Rouy

Image 10000000000002D0000003C01B5962870B9301B7.jpg

Figure 5 : Androrchis patens Desf.

Image 10000201000001BE0000015018DF94ED94DCA955.png

Figure 6 : Paeonia mascula (L.) Mill. subsp. atlantica (Cosson.) Greuter & Burdet

Image 100000000000027D000001DE028DEBDB751995A9.jpg

Figure 7 : Paeonia mascula (L.) Mill. subsp. atlantica (Cosson.) Greuter & Burdet

Image 10000000000002AE0000020334E26B6F44FED048.jpg

Figure 8 : Acer obtusatum Waldst. & Kit. Ex Willd.

Image 1000000000000280000001E07A163F0B7137C536.jpg

Figure 9 : Senecio perralderianus Coss. & Dur.

Image 1000000000000280000001E0E972596B294F93B4.jpg

Figure 10 : Heracleum sphondylium L. subsp. algeriense

Image 1000000000000266000001CDC8DCB0716B9DB594.jpg

Figure 11 : Daphne laureola Coss.

Image 100000000000027F000001DF1CD5FF1729D4DC90.jpg

Figure 12 : Physospermum verticillatum (Waldst. & Kit.) Vis.

Image 1000000000000297000001F18B9E869E691BAF5D.jpg

Figure 13 : Fig. 13: Sorbus aria (L.) Crantz

Image 10000000000001F30000014D5ED32315B83F8E19.jpg

Figure 14 : Orchis purpurea Huds. subsp. purpurea

Image 100000000000025800000320C8023BBAD4B4149C.jpg

Figure 15 : Androrchis pauciflora subsp.laeta

Image 1000000000000290000001B5931A373FB7BAB965.jpg

Figure 16 : Ranunculus ficariiformis (F. W.) Schultz.

Image 1000000000000284000001E420AB3330F70BD1C9.jpg

Figure 17 : Quercus ilex subsp. Ballota (Desf.) Samp.

(Image 10000000000002AE0000020312ADF0F436A7C6D9.jpg

Figure 18 : Cyclamen africanum Boiss. & Reut.

Image 10000000000002AC00000203E8F9C2A5B124EAF1.jpg

Figure 19 : Scuttelaria columnae All.

Image 100000000000037F00000255932417BB681B5D46.jpg

Figure 20 : Erinacea anthyllis Link

Image 10000000000001BB0000025182C3C811053F3C39.jpg

Figure 21 : Cedrus atlantica (Endl.) Carrière

Image 100000000000028D000001B3FD2779BD2C3E29CD.jpg

Figure 22 : Cedrus atlantica (Endl.) Carrière

Image 10000000000002A5000001C54AC53771276EF6C8.jpg

Figure 23 : Cedrus atlantica (Endl.) Carrière

To cite this article

Mebarek Bouchibane, Mourad Zemouri & Rachid Toumi, «Contribution à l’étude de la végétation de certains massifs montagneux de la Kabylie des Babors (Nord-Est algérien).», Bulletin de la Société Royale des Sciences de Liège [En ligne], Volume 90 - Année 2021, Articles, 317 - 360 URL : https://popups.uliege.be/0037-9565/index.php?id=10696.

About: Mebarek Bouchibane

Laboratoire d’Écologie et Environnement, Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie. Université A. Mira de Bejaia, Targa Ouzemmour, 06000 Bejaia, Algérie, 

About: Mourad Zemouri

Laboratoire d’Écologie et Environnement, Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie. Université A. Mira de Bejaia, Targa Ouzemmour, 06000 Bejaia, Algérie.

About: Rachid Toumi

Laboratoire de gestion et valorisation des ressources naturelles et assurance qualité, Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie et des sciences de la terre. Université AMO de Bouira, Algérie.